241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/09/2015

Que penser au juste de Michel Onfray ?

La question revient chez plusieurs d'entre vous et elle mérite d'être posée. Voici sans plus tarder ce que j'en pense :

D'abord, que la photographie du petit noyé ait été ou non "bidouillée" n'est pas le sujet. Des enfants meurent, innocents, qu'ils aient pour nom X ou Y importe peu ! Et c'est un fait indéniable, qu'ils meurent, sans la photo ou avec la photo ; syrien ou pas, migrants oui...
Ensuite, ce "philosophe" qui conspue le système en est lui-même un dérivé conforme - lettré - et tâche même ces temps-ci plus que jamais d'entrer dans le débat public, de faire parler de lui plus qu'il ne faudrait vu le terre-à-terre plébéien de ses propos ; si ce n'est le savoir
(et encore, je demande à voir) qu'il prétend véhiculer dans son université libre, mérite-t-il qu'on l'évoque dans la grande presse autrement qu'en le situant dans une constante opposition à l'esprit des Lumières qui a fait trace dans notre Histoire ?

C'est son droit, au demeurant. Mais ne vaut-il pas mieux avoir à faire à un ennemi déclaré qu'à un faux ami ? Ses accents gaulliens laissent pantois : en quoi le peuple français serait-il de quelque manière son peuple ? Ce que la presse semble n'avoir pas bien entendu, c'est que ce disant il déconsidère les migrants en ciblant au passage ceux qui "passent au JT de 20h00". Pour - qui sait ?, se référer à une "préférence nationale" - non encore avouée - dans le traitement de la pauvreté en France. En résumé, pour lui, là où le bât blesse, plus directement l'ennemi avec un grand e, serait l'Europe, qui dérange ses habitudes de pensées provinciales. Haro sur le baudet ! Je me permettrais de lui rappeler que nous sommes un peu plus de 66 millions en France et lui laisse effectuer le pourcentage rapporté aux 24 000 personnes attendues.

Son "athéisme avéré" suffit-il à le situer parmi les libertaires ?, certes pas puisqu'il existe au sein de ce mouvement un courant tolstoïen, croyant. Par contre, où trouver des souverainistes ou apparentés parmi les libertaires, j'aimerais que l'on m'explique, c'est même un non-sens absolu... Quant à établir des différences entre l'antisémitisme avéré des uns et celui non avoué ou récusé des autres dans la famille d'extrême droite française, sur quels éléments factuels autres que de l'ordre du discours des intéressés se fonde-t-il ?

Les pedigrees de "gauche" ou de "droite" libérale ou entrepreneuriale qu'il décerne ne sont en définitive que des piques lancées au centre de l'échiquier politique pour en valoriser indirectement les extrêmes sans trop se mouiller. Que Michel Onfray ait donc le courage de ses idées qui en l'occurrence ne respirent pas plus l'intelligence que le respect de l'autre et ne volent pas au-dessus des partis mais participent bien d'un authentique esprit partisan, sans aller jusqu'à l'urne.

                                                                                               Daniel Martinez

Les commentaires sont fermés.