241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/02/2017

"Biological Conservation", février 2017

Dans son numéro de février, la revue scientifique britannique "Biological Conservation" alerte sur les dégâts causés par les humains dans 63% des 229 sites naturels classés au patrimoine mondial de l'Unesco.
Le témoin le plus éloquent de cette empreinte humaine est le recul de la forêt, constaté depuis 2000 sur 91% des sites qui en possèdent. Cette déforestation, conséquence du changement climatique, frappe de plein fouet l'Amérique du Nord.
La forêt du parc national des Lacs-Waterton (entre le Canada et les États-Unis) a ainsi reculé d'un quart, celle du Wood Buffalo a perdu 12% de sa superficie, et Yellowstone compte 6% d'arbres de moins qu'en 2000.
Outre les forêts, le rapport précise que l'impact récent des humains a été particulièrement néfaste au sanctuaire de faune de Manas, en Inde, qui abrite plusieurs espèces menacées, ou encore dans le parc national de Komodo en Indonésie, qui sert d'habitat à 5 700 dragons (espèce de varan) n'existant nulle part ailleurs.

Les commentaires sont fermés.