241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/12/2017

Appeler un chat : "un chat"

J'ai peu l'habitude de m'exprimer sur l'actualité directe, à chaud. On me reprochera à coup sûr de m'intéresser à un fait divers, mais qu'importe !, il convient que vous me supportiez tel que je suis & qui m'aime me suive !, comme dirait l'autre. Il paraîtrait que les poètes authentiques sont au-dessus du quotidien, mais ce n'est pas mon cas.

La presse fait ses choux gras ces temps-ci du cas Nordhal Lelandais, à juste raison. mais le problème est-il bien posé ?, c'est ce qui me préoccupe. Car comment peut-on inviter un marginal de cet acabit (réformé P4 même à l'armée, c'est dire...) à un mariage ?! Ce sont les parents de la petite (paix à son âme) qui devraient parallèlement être interrogés sur ce choix, pour le moins curieux...

Les droits constitutionnels de la défense apparaissent d'autant plus légers dans leurs assertions que rien ne permet à cette heure de disculper cet "éleveur" de chiens, sauf à le suivre dans ses dénis qui tous s'orientent vers des constructions d'alibis. Là encore, je vais faire preuve d'originalité en prétendant, mordicus, que ce cas relevant de la psychiatrie lourde mérite d'être étudié et rapporté avec la plus extrême attention, afin de tenter de comprendre comment cet individu a pu se construire une personnalité telle. Il convient pour cela de remonter la chaîne, patiemment, depuis sa proche famille jusqu'à ses connaissances, ami(e)s, jusqu'à ses appétences informatiques - comme précisément cela a été fait, d'ailleurs. Bref, nous sommes un présence d'une tête de série qui aurait fait le régal d'un Sigmund Freud, et, qui sait ?, aurait pu lui inspirer un livre - n'en déplaise à M. Onfray et alii

Une autre préoccupation : l'individu lambda se faisant prendre pour un menu larcin (sommes-nous si loin des "Misérables" de Victor Hugo) aurait-il autant tardé à rejoindre les geôles de la République ?... Là encore, la figuralité de l'acte déforme le fond du problème et l'éthique est bafouée, nolens volens.

Dire que je suis écœuré par tous ces effets de manche qui jusqu'à présent flirtent avec une parodie de la justice - alors qu'en d'autres domaines comme ici mal gérés dès le départ, la brutalité répressive passerait pour "exemplaire" - est un doux pléonasme. Voilà tout, merci pour votre attention. Daniel Martinez

Les commentaires sont fermés.