241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/10/2020

De si loin

I

Flux et reflux de l'ombre
à l’intérieur de soi
peuplée de plantes de pierres brutes
nées de la dernière nuit
ce qu’il y avait vu
remonte aux lèvres
jusqu'à
          la Source
fouaillée par autant de mots
que les mille lueurs
d'un banc de poissons
égrenés
dans la paume
          de l’onde
où s’échinent
d'infimes instants
les fibres du temps même

 

II

Nuage immobile qui se gonfle
s’effrange au vent
aspiré par la bouche cosmique
Œil immense dans une fleur où bouge
un insecte perdu
sur le cuivre
          du soleil
s'éternise
le silence de Rothko
et les doigts crispés de l'enfant
qu'il fut
demeurent
là perdus

 

III

Si seulement ne mourrait
l'écume de la mémoire
en marge de l'hiver
« Pourquoi ai-je ri cette nuit !
Aucune voix ne le dira » écrivait Keats
fasciné par ce côté-ci du rien
comme l'autre côté du tout
troué de blanc
et de cendres qu'effleure
le pas de la porte
entrouverte  

Daniel Martinez

Les commentaires sont fermés.