241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/06/2016

De Daniel Abel à Maurice Blanchard (1890-1960)

Une oeuvre du poète et plasticien Daniel Abel, présent in Diérèse 67,
avec un article sur le plasticien CHOMO

 

ABEL BLOG.jpg

 

et en regard, un poème de Maurice Blanchard, apparenté aux surréalistes ; par ailleurs, ami de René Char, qui lui dédiera un poème du Marteau sans maître : "Les observateurs et les rêveurs". Les Oeuvres complètes de Maurice Blanchard ont été publiées par les éditions Plasma.

Il y a des lumineux instants dans le percement de mon isthme, il y a des clartés d'enfant sur le roc matinal, il y a ces pics éblouis de Paul Eluard et ces feux tournants de Joë Bousquet, espoir du naufragé, perforation de la nuit, il y a des signaux sur les drisses : "Aperçu, ami !" quand je sors le bras de mon isthme, quand j'agite la main, queue de requin, quand je secoue furieusement mon mouchoir et ses poussières de confidences, il y a des accords de silences chez les créateurs de mondes, il y a des accords de silences pour chavirer le monde.

                                                                   Maurice Blanchard

extrait de "Les périls de la route", dixième cahier de "Habitude de la poésie", édité à un petit nombre d'exemplaires par GLM, impression sur papier glacé bleu ciel (au recto) et jaune paille (au verso), 1937. Une rareté.

16:28 Publié dans Arts, Auteurs | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.