241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/12/2018

Léon-Paul Fargue (1876-1947)

Il y a quelque chose de délicieux dans l’œuvre de Léon-Paul Fargue, irréductible à toute analyse moderniste de la langue tant elle échappe aux modes et vaque à ses pratiques clandestines. Approchez-vous, enfants du siècle et théocrates de la révolte à cent sous, écoutez le poète vous dire, dans la désolation du soir et ses odeurs subliminales, que l'homme est l'objet de son propre bonheur, pourvu qu'il sache regarder plus loin que l'ombre portée de ses pas. L'écriture ressortit à l'invraisemblable. La vie banale, dans sa romantique ruralité, en reste aux sortilèges des longs jours de pluie et pousse le Désir à toutes mains jusques aux culs-de-basse-fosse. Oui, approchez-vous plutôt, bonnes gens de tous horizons et voyez comme le peintre ci-devant aura mouillé l'extrémité de ses pinceaux d'une salive créatrice :

Poëmes


Dans la rue qui monte au soleil morne et grand ouvert, des voix conseillent qu'on s'accoude aux fenêtres, pour voir passer des trains de luxe, au bord du ciel, à droite, par-dessus les arbustes du jardin de la gare. Un train écume et se rendort. Des musiques diffuses rôdent. La vie antérieure émerge et chuchote.

Villes de songe, lorsqu’on pense à vos noms plaintifs, on prête l’oreille. Il semble que des voix longues vous hèlent par-dessus les barrières et les chants des âges, et que des odeurs, comme des veilleuses, et que des fougères d’étoiles s’allument… Il semble que vos ruines tremblent sous leur châle de lune, et que l’horizon bouge, au plus profond des nuits repues de silence, d’une lente pluie de larmes…
Mais j’en sais bien plus de cette pauvre ville… Vous venez comme moi, sans doute, sur une place, y chercher le spectre d’un vieil amour ? Dans les Forges couchées à l’Est, aux corps de femmes nues et rousses, des formes se hâtent avec une sûreté ancienne. Les Hauts Fourneaux des Bieulles flambent. Depuis le canal d’or où l’écluse trempe solidement dans l’émail chaud, jusqu’à l’horizon lourd, barré des sourcils des stratus, où se terrent d’autres songes, l’allée des peupliers rame sans frisson, comme à la parade et d’un geste infini…


Léon-Paul Fargue
(éd. Gallimard, 1926)

19:28 Publié dans Auteurs | Lien permanent | Commentaires (0)

04/12/2018

"La plus belle route du monde", Bernard Faucon & Antonin Potoski, P.O.L, 2000

Deuxième vague

La plus belle route du monde commence après un virage et une grande descente des collines vers l'océan : dix kilomètres de route qui longent la côte à égale distance entre le rivage et le haut des collines. On roule jusqu'au bout, où la route s'éloigne à nouveau de la côte, et on revient, en regardant défiler les petits champs mélangés aux dunes qui précèdent la mer, puis on s'arrête à proximité d'une butte de terre où nous faisons un pique-nique de mandarines, d'avocats au citron, de concombres, de Vache qui rit et de Danone à la vanille.

On regarde surtout vers le bas, vers l'océan, mais la colline à laquelle nous tournons le dos est essentielle, on la ressent comme le contrepoids du paysage auquel nous faisons face. Souvent les routes traversent le paysage en le découpant. Ici, la route tient le paysage, elle est posée sur la ligne merveilleuse où les forces s'équilibrent. Le regard est guidé en pente douce par les lignes de pierres qui bordent les champs tout en longueur, alternant avec les dunes et les bosquets d'arbustes, sur un kilomètre, jusqu'à l'eau bleue.

Antonin Potoski

01:53 Publié dans Auteurs | Lien permanent | Commentaires (0)

21/11/2018

Le poétique, pour Edmond Jabès (1912-1991)

Nous n'écrivons que la blancheur où s'écrit notre destin.


Le poétique, c'est le faire souverain ; c'est l'objet où il se dépasse, où il renaît de ses imprévisibles prolongements.
Penser le poétique, c'est penser l'objet dans sa réalité profonde, au cœur même de l'objet pensé.
C'est donner pour vis-à-vis à la pensée, une pensée qui la contraindrait à renoncer à être une pensée de l'objet pour n'être qu'objet infini de la pensée, brouillant les pistes du réel et de l'irréel afin d'y creuser son chemin propre.
Pensée pure où elle se veut pure approche du livre et de l'univers, non plus où ils se font mais où ils se défont pour s'ouvrir à la lecture.


Edmond Jabès

09:47 Publié dans Auteurs | Lien permanent | Commentaires (0)