241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/05/2018

Le poète Al Berto (1948-1997) et Cézanne

Né en 1948, Alberto Pidwell Tavares fut poète, peintre, traducteur, libraire, rédacteur littéraire. Après des études d'art à Lisbonne, il s'exile en Belgique pendant la guerre coloniale, pour regagner le Portugal en 1975, jusqu'à la fin de ses jours. Un recueil de son œuvre quasi complète, "O Medo" ("La Peur") a obtenu en 1988 le prix Pen Club portugais de poésie. Voici le poème qu'il écrivit – traduit par Jean-Pierre Léger - en hommage au lumineux Cézanne, in "La secrète vie des images", éditions L'Escampette, un an avant de nous quitter :

 CEZANNE BLOG.jpg

La Montagne Sainte-Victoire, 1885-1900

Sainte-Victoire après la mort de Cézanne

 

dans le plus lointain isolement de la mémoire
j’ai gardé précieusement l’ombre des basaltes
schistes lumineux fissures de granit fenêtres
près de sainte-victoire plus grise que jamais
je peignais sans cesse je peignais
dès l’aube jusqu’à ce que la nuit tombe
obligeant la main et la pensée à défaillir

 

j’ai toujours travaillé l’obsessive lumière
mais la vieillesse m’a emprisonné dans le vertige
à un âge avancé
j’ai continué à peindre sur le motif
il me semblait faire de lents progrès
j’ai presque compris les plans superposés
d’un même objet sous la clarté d’aix

 

c’était en 1906
monté sur un âne chargé de matériel
j’allais vers où le coupant mistral était passé
laissant à découvert l’implacable soleil
modulais terres pins nuages maisons corps
mais la mort n’a pas consenti à ce que j’exécute
les géométriques paysages soupçonnés et
avec moi s’est perdu le secret de cette pyramide
qu’est sainte-victoire vibrant
dans l’aveuglante luminosité de midi

Al Berto

09:16 Publié dans Arts, Auteurs | Lien permanent | Commentaires (0)

13/04/2018

"La Dame du Fleuve" de Wendy Wallace, traduit par Karine Reignier-Guerre

"Lorsqu'elle atteignit l'endroit du tunnel où se trouvait la fresque, elle se figea et leva sa lampe. Le faisceau éclaira la dernière colonne de hiéroglyphes, surmontée d'un oeil en amande, symbole du dieu Horus. Penchée vers la paroi, Harriet distingua, juste en dessous, une silhouette de femme assise tournée vers la droite. Elle comprit alors que ces hiéroglyphes devaient être déchiffrés de droite à gauche, car on lisait toujours les inscriptions vers le visage des personnes qu'elles mentionnaient.
Harriet aperçut aussi le signe neb, une corbeille tressée qui signifiait "seigneur" ou "maître", suivi de la marque du féminin, et des deux lignes droites qui représentaient la Haute-Egypte et la Basse-Egypte.
- La dame des deux terres, murmura-t-elle, les yeux rivés vers l'inscription.
Oui, il n'y avait aucun doute : cette série de hiéroglyphes se traduisait par la dame des deux terres. Harriet les contempla avec une fascination teintée de révérence. Des hommes avaient tracé ces signes sur la paroi trois mille ans avant notre ère. Ils l'avaient fait parce qu'ils croyaient au pouvoir des mots. C'était pour voir ça qu'elle était venue à Thèbes, se répéta-t-elle. C'était pour parvenir jusqu'ici qu'elle avait rempli son journal d'incantations. Et elle y était parvenue ! Pouvait-elle repartir sans même chercher à comprendre le sens de ces inscriptions ?
Certainement pas."

                                                                        Wendy Wallace

GALERIE.jpg

16:50 Publié dans Auteurs | Lien permanent | Commentaires (0)

04/04/2018

René Char et le surréalisme

Suite à des demandes d'éclaircissements sur la position de René Char dans le mouvement surréaliste, la parole est donnée à Gérard de Cortanze in "Le surréalisme", M.A. éditions, 1985 :

Le passage de René Char par le Surréalisme est de courte durée. De 1929 à 1934, il collabore au premier numéro de La Révolution surréaliste avec un court texte "Profession de foi du sujet" et au Surréalisme au service de la révolution  – qui comptera 6 numéros (n°1 en juillet 1930, n°6 en décembre 1931) – le poète collabore au n° 1, 2, 3, 4, 6 & signera plusieurs déclarations collectives dont les tracts Paillasse ! et L'Age d'Or, et participe à deux enquêtes. Sa réponse à celle concernant l'amour est aussi concise qu'énigmatique : "Non, pas sur cette grande personne laborieuse que j'ai dépassée sans la reconnaître". Ses premiers livres*, "Arsenal" (1929), "Artine" (1930), "L'action de la justice est éteinte" (1931) sont publiés aux Éditions Surréalistes.

CHAR BLOG.jpg

Poème manuscrit extrait de Seuls demeurent, Gallimard, 1945

 

Il s'éloigne du groupe en 1934 et publie la "Lettre à Benjamin Péret". On le retrouve à la villa Air-Bel avec Breton, Daumal, Arthur Adamov, au-delà de toute brouille. Réunis sous le titre "Le Marteau sans maître" (Corti, Paris, 1934), les poèmes de cette période montrent un Char proche d’Éluard et de Lautréamont. Et si le Surréalisme ne représenta qu'un moment de sa trajectoire poétique, on ne peut dire de cet écrivain de la solitude charnelle et de l'amour fulgurant qu'il est "devenu à la fois poète agricole et imitateur d'Héraclite, défenseur des garrigues menacées par le grand projet nucléaire de la cinquième République" (P. Audouin). Frère de Camus dans la Résistance, il reste indéfectiblement attaché à l'irréductible de l'automatisme, comme le prouvent "Fureur et mystère" (Gallimard, 1948) et "Recherche de la base et du Sommet" (Gallimard, 1955), mais ne retient du Surréalisme que ce qui peut servir au destin de sa propre poésie. "Le poème est l'amour réalisé du désir demeuré désir", écrit-il. Hautaine, étrangère à toute démagogie  – "Je n'écrirai pas de poème d'acquiescement" – sa fureur poétique en fait un poète engagé vers la "réalité rugueuse" de la connaissance, de l'essentiel. "Enfonce-toi dans l'inconnu qui creuse. Oblige-toi à tournoyer."

 

Gérard de Cortanze

* en fait, le premier livre de René Char s'intitule : "Les Cloches sur le coeur", accompagné de dessins de Louis Serrières-Renous. Paris, éditions Le Rouge et le Noir, 1928. Signalons que l'édition a été en presque totalité détruite par l'auteur.

Est-il besoin de souligner ici que dans le volume de La Pléiade consacré à René Char manquent malheureusement "quelques" titres ? Pour mémoire, je citerai "Le visage nuptial", Paris, 1938, sans mention d'éditeur, plaquette in-8, tirée à 115 exemplaires. Ou encore "Quatre loquets à soulever", 1948 : "piquetures" sur mouchoir de Fanny Viollet, présenté sous carton entoilé. Hors commerce, ce joyau a été tiré à douze exemplaires numérotés et signés par l'artiste. En cela, René Char demeura fidèle à l'esprit surréaliste pour qui la quête du Beau, hors normes, se moque des "lois" du marché.

Par parenthèse, Diérèse a publié au fil de ses livraisons deux poèmes inédits de René Char...DM