241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/01/2018

Le Saint-Pierre

saint pierre blog.jpg

dessin de Pacôme Yerma

 

   Un peu du bleu froid que l'on boit
   du frisson sableux qu'élucide
   en son approche le Saint-Pierre
   revient aux girandoles de l'abîme.


   A la surface dansants
   des cercles concentriques
   l’œil éberlué du poisson
   lorsque d'un seul éclair il s'argente
   les voilà sublimées, les perspectives :
   les algues seraient fougères
   au souffle d'un peuple de harengs
   qu'il a suivis d'instinct
   laissant aller sa mâchoire mobile
   pour capter la chair du monde
   parmi le halo d'étoiles filantes.


   Entre les rayons longs
   de la nageoire dorsale
   par jeu les filaments saluent
   d'une musique abstraite et pure
   l'aura des îles oubliées
   et bris de vases par les fonds
   cherchant appui consolation.


   Tête proéminente dans le secret
   des royautés déchues
   des chapelets d'air
   déchirent la membrane liquide :
   le mythe est-il inscrit
   sur les flancs du Saint-Pierre
   dont on dit que l'apôtre le saisissant
   lui imprima au côté
   ces deux ocelles noirs
   nimbés d'un anneau jaunâtre ?


   Vive empreinte d'une enfance
   sous le calque des mots
   qui disent à leur façon l'autre rivage
   scintillant agité bruissant
   quand la lumière sans pourquoi
   éclaire les profondeurs.


Daniel Martinez

10:15 Publié dans Bestiaire | Lien permanent | Commentaires (0)

05/05/2017

Le Fennec (Renard des sables)

Carnet Saharien

Le Fennec

FENNEC.jpg

Dessin à la mine de plomb de Pacôme Yerma

 

Du sable, la tête qui dépasse
marquée de grands yeux sombres ;
fixe,
le regard, au-delà du feu blanc
descendu des fibres de la nuit
sous le fléau de l'invisible perspective
lui, Fennec, jamais ne semble
souffrir du Soleil
qui frappe pierres et sol
et vrille le bleu intense.

De ce côté, il sait profiter
de la plus petite ombre
que chérit l'épineux.
Un écart des paupières,
il est là, se tapit comme un lièvre
le menton enfoui presque ;
un murmure, un petit cri
un sifflement qu'est-ce ? :
d'étranges sonorités dont la trame
nomme la fissure de la roche,
éventent son secret.


Moustaches fines
époussetant le hasard
fourrure et poussière,
un trou dans le jour aveugle :
son terrier, vrai labyrinthe
d'où sort le museau noir,
un verbe de mouvement.

D'un coup, l'échine qui se fige
avant que de se déployer
– s'il chasse pour son compte la gerboise
projetant les griffes
ouvrant la mâchoire
pour foudroyer la proie élue.
La victime alors, dépecée longuement.


Figures multiples de la nature,
qui se moque bien de nos sentiments
quand elle est fidèle toujours
aux temps anciens
où la cruauté des hommes
n'était pas encore effacée

par le vernis de la culture.

                                  Daniel Martinez

09:27 Publié dans Arts, Bestiaire | Lien permanent | Commentaires (0)

25/04/2017

Le Scorpion, vu par Pacôme Yerma et Jean-Henri Fabre

SCORPION.jpg

dessin de Pacôme Yerma

 

"La pariade, au printemps, leur impose des voyages. Jusqu'ici farouches solitaires, ils abandonnent maintenant leurs cellules, ils accomplissent le pèlerinage des amours : insoucieux du manger, ils vont en quête de leurs pareils. Parmi les pierres de leur territoire, il doit y avoir des lieux d'élection où se font les rencontres, où se tiennent les assemblées. Si je ne craignais point de me casser les jambes, de nuit, parmi les encombrements rocheux de leurs collines, j'aimerais assister à leurs fêtes matrimoniales, dans les délices de la liberté. Que font-ils là-haut, sur leurs pentes pelées ?

Le choix fait d'une épousée, ils la promènent longtemps à travers les touffes de lavande et les mains dans les mains. S'ils n'y jouissent pas des attraits de mon lumignon, ils ont pour eux la lune, l'incomparable lanterne.

Voir les débuts de l'invitation à la promenade n'est pas un événement sur lequel on puisse compter chaque soir. De dessous leurs pierres, divers sortent déjà liés par les couples. En pareil assemblage de doigts saisis, ils y ont passé la journée entière, immobiles, l'un devant l'autre et méditant. La nuit venue, sans se séparer un instant, ils reprennent la promenade commencée la veille, peut-être même avant. On ne sait ni quand ni comment s'est effectuée la jonction. D'autres à l'improviste se rencontrent en des passages reculés, d'inspection difficultueuse. Lorsque je les aperçois, il est trop tard, l'équipage chemine.

Aujourd'hui, la chance me sourit. Sous mes yeux, en pleine clarté de la lanterne, se fait la liaison. Un mâle, tout guilleret, tout pétulant, dans sa course précipitée à travers la foule, se trouve soudain face à face avec une passante qui lui convient. Celle-ci ne dit pas non, et les choses vont vite.

Les fronts se touchent, les pinces besognent ; en larges mouvements, les queues se balancent, elles se dressent verticales, s'accrochent par le bout et doucement se caressent en lentes frictions. Les deux bêtes font l'arbre droit. Bientôt le système s'affaisse ; leurs doigts se trouvent saisis, et sans plus le couple se met en marche. La pose en pyramide est donc bien le prélude de l'attelage. Cette pose n'est pas rare, il est vrai, entre individus de même sexe se rencontrant, mais elle est moins correcte et surtout moins cérémonieuse. Ce sont alors des gestes d'impatience, et non des agaceries amicales, les queues se choquent au lieu de se caresser.

Suivons un peu le mâle, qui se hâte à reculons et s'en va tout fier de sa conquête. D'autres femelles sont rencontrées, qui font galerie et regardent curieuses, jalouses peut-être. L'une d'elles se jette sur l'entraînée, l'enlace des pattes et fait effort pour arrêter l'équipage. Contre pareille résistance, le mâle s'exténue ; en vain il secoue, en vain il tire, ça ne marche plus. Non désolé de l'accident, il abandonne la partie. Une voisine est là, tout près. Brusque en pourparlers et sans autre déclaration cette fois, il lui prend les mains et la convie à la promenade. Et que lui faut-il, en somme ? La première venue..."

                                                                                               Jean-Henri Fabre
                                                                                                   (1823-1915)

18:02 Publié dans Arts, Bestiaire | Lien permanent | Commentaires (0)