241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/02/2019

10 Février 2019

Pas trop adepte des "Siestes littéraires" (!), comme il se dit chez les institutionnels, tant qu'à faire j'opterais pour les "Siestes crapuleuses" qui permettent à tout le moins au corps d'exulter ("un esprit sain dans un corps sain"), mais bien plutôt pour votre dimanche mes très chers, vous qui m'accompagnez dans mes écrits, mon aventure, voici le premier des huit poèmes écrits hier en après-midi, de mon dernier livre pauvre (les feuillets découpés font : 5,5 x 50 cm, à la verticale) :


Mais sans
la nacre
de l'Infini
intercepté
piqué
sur un fond
de terre brûlée
de passions mêlées
sous les gris
indécis
de la campagne
dis-moi
pourquoi se trahit-on
pourquoi
tant de ferveur
gaspillée
tandis que l’œil lui
continue
de tisser
l'Air et le Labyrinthe
Icare et Dédale
dans le corps du jour
une passante
Salomé
belle ombre
étrangère
glisse la foudre
d'un corsage
qui s'ouvre
sur le grain
de la peau
un peu
de ton histoire
se donne


Daniel Martinez

13:06 Publié dans Journal | Lien permanent | Commentaires (0)

09/02/2019

8 février 2019

Si l'on interrogeait les gens dans la rue, en leur demandant : "En quelle saison sommes-nous ?", ils ne manqueraient pas de répondre à une question aussi saugrenue : "Mais nous sommes en hiver !" Et ce jusqu'au 21 mars (au passage, très chers, n'oubliez pas la date anniversaire de Diérèse, le 21 dudit, en 1998, merci), oui, car c'est bien la date officielle de l'entrée en scène du printemps.
Pourtant le naturaliste, ou le simple observateur attentif de la nature, sait bien que cette date est arbitraire. Le printemps, par petites touches discrètes, pousse chaque jour un peu plus sa corne sur le territoire déjà mité de l'hiver.
Les prémices de son apparition prochaine sont furtives. La pie - qui tous les jours fait la navette entre peupliers et antennes ou paraboles de télévision - transporte aujourd'hui, et pour la première fois, une brindille dans son bec. L'examen attentif du jeune saule décèle la présence de petits bourgeons, et le noisetier s'orne - à côté de ses chatons mâles - de quelques fleurs roses aussi minuscules qu'éphémères.
Déjà, sur la pelouse du parc, s'épanouit un perce-neige ou une hâtive primevère...

PS : j'ai mené à bien il y a de cela quelques instants cet exercice difficile du livre pauvre et vais photocopier l'ensemble, car il ne me reviendra... qu'un exemplaire sur les huit poèmes inédits écrits d'une traite au regard des peintures de Magali Latil, sans retouche bien entendu (vous commencez à me connaître de plus près). Il n'est pas impossible que je vous en donne lecture au fil de l'eau & du blog. DM

21:40 Publié dans Journal | Lien permanent | Commentaires (0)

04/02/2019

Quelques pages de mon Journal

Gérard Engelbach : "Je n'ai jamais rencontré Pierre-Jean Jouve ; mais, jeune encore, son œuvre m'a interpelé, pour ne plus me lâcher. J'avais pu me procurer à la librairie La Hune, qui venait d'ouvrir, un exemplaire, datant d'avant-guerre, du recueil de poèmes Les Noces. Un choc, une révélation ! Puis André Frénaud m'a longuement parlé de Jouve, qu'il admirait profondément. Je peux dire que c'est à travers les textes de Jouve que j'ai appris à écouter Mozart, à lire Hölderlin, à vraiment regarder Delacroix et Courbet. Avec Jouve j'étais, je suis en permanence dans le Verbe, la magie du vers et de la phrase de prose aux longues résonances. Et cette présence sourde, multiple, de la Femme ; l'inconscient accepté, affronté, puis apprivoisé, conduit jusqu'aux rives de lumière. Et l'exigence, le labeur incessant, ce que le rythme annonce, ce qu'instaure le mot. A parler de Jouve, je deviens lyrique, mais pourquoi m'en défendre ?

... Autre terrain favorable : vous connaissez comme moi le sérieux de la revue "Les Temps modernes", où officiait Sartre (nos populistes en herbe y auraient perdu leur "latin", ou ce qui leur en tient lieu) qui pourtant ne rechignait pas à mouiller la chemise quand il fallait défendre une cause et à en débattre dans la foule. Parenthèse mise à part, il y avait aussi, dans le comité de rédaction de ladite revue un romancier que vous avez lu comme moi, j'ai nommé Bernard Pingaud, à qui la poésie ne déplaisait pas (un euphémisme) alors que Sartre s'en moquait comme d'une guigne. En quelque sorte, il anticipait ce qu'a dit de la poésie ce poète-photographe, Denis Roche, qui était il faut bien le reconnaître, meilleur photographe que poète. Claude Simon l'était aussi, photographe, mais il n'a jamais dénigré ce qu'il couchait par ailleurs si brillamment sur le papier... et dans son œuvre Simon n'en fut d'ailleurs pas si éloigné que cela, de la poésie : relisez Le Vent par exemple, extraordinaire ! Un peintre pareillement, mais je n'y suis pas vraiment sensible, à sa peinture.
Eh bien, pour ne pas perdre le fil, Pingaud devait m'inviter aux "Temps modernes" avec Jacques Réda, Jacques Roubaud et Jean-Pierre Burgart. Aucun d'entre nous n'avait encore publié de recueil. Nous lui devions beaucoup ; vous voyez, Daniel, les pesanteurs que peuvent entraîner un comité de rédaction, mais aussi cette chance offerte dès que dans le lot si je puis dire, une personnalité sait s'imposer. Avec vous, je l'ai donc échappé belle. Si mon écriture ne vous plaisait pas, vous m'auriez laissé de côté (c'est tout simplement redoutable)."
J'échange avec lui un regard qui voulait dire : "Mais voyons, Gérard, comment aurais-je pu me tromper à ce point ?" Et lui donne, sans qu'un mot fut prononcé, un livre de ma bibliothèque, que je tiens en estime, Dialogue avec Suso, de Thierry Metz. "Henri Suso, le mystique ?" Oui, Gérard, un recueil très pensé, vous verrez. Nous en reparlerons. DM

06:37 Publié dans Journal | Lien permanent | Commentaires (0)