241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/07/2016

Journal indien : Shiva face aux forces du mal

SHIVA.jpg

miniature indienne, artiste anonyme

14:33 Publié dans Journal | Lien permanent | Commentaires (0)

25/06/2016

La naissance de Diane

A vous toutes et à vous tous qui me suivez d'un oeil attentif, la bonne nouvelle dont je tiens à vous faire part : ma deuxième fille, Diane, est née !**

J'ai demandé à Pacôme Yerma de vous parler plus précisément de ce prénom, lisez plutôt :

Le prénom de Diane vient du latin "Divus" et "dium" le ciel, donc aussi "deus" ; elle est donc la "Divine", et comme "deus" était le dieu du ciel diurne (dies : jour), elle était "la lumière du jour".
Fille de Jupiter (Zeus) et de Latone (Leto), elle vint au monde avec son frère Apollon (dieu du soleil et de la musique).
Elle était la "Dame des Animaux sauvages" dont elle prenait le plus grand soin mais aussi chasseresse ; et la "protectrice de la jeunesse". Mais elle pouvait être cruelle et vindicative.
Comme Apollon était le Soleil, Diane (Artémis) était la Lune. On l'appelait aussi Luna (Sélené) ou Phébé.

                                                                        Pacôme Yerma

19:00 Publié dans Journal | Lien permanent | Commentaires (0)

26/10/2015

Une page de mon Journal

Le  partage  des  dimensions 


   Le chêne feutré qui la nuit s’endort a laissé derrière lui l’après-midi d’un jour, ses lambeaux, son odeur d’ambre persistante. Elle baigne dans une lente apesanteur... D’un coup on entendit la pluie cliqueter sur les feuilles, piquer le carreau jusqu'à ne plus distinguer qu’un roulement continu. Un éclair vibra quelques secondes au ras des maisons, silhouettant une construction en lames à jouer. Touchant presque la surface de la peau, elle prêtait, l’ondée, au corps même des choses environnantes un tremblement, au-delà du Temps.
 
   Et tandis que je m’interrogeais sur le sens de ces images qui s’entrechoquaient à la limite de la conscience, affaiblie, que j’avais de ma personne – de ces images que le jugement, comme pour s’en défaire transformait, contre moi, en traces d’encre griffonnées à la hâte sur une feuille – une délicieuse nostalgie m’envahit. Que je ne saurai décrire précisément. Quand le retour vers soi peut aussi ouvrir le cadre, en dénoncer les limites arbitraires.

   Dans le fond de la pièce, le miroir allonge sa durée. Sa surface toujours fluente offre aux yeux ouverts ce que le regard a retenu du monde, qui s’écoule. Au-dehors il débusque, sous un halo lumineux, un passant, pressé.
   Fugitive apparition, au bord du cercle immense où se débat la Vie. Recueillie sur elle-même, il émane de la ville entière une vapeur, un léger vertige. Et le silence peu à peu se fait.

                                                                                      Daniel Martinez

09:34 Publié dans Journal | Lien permanent | Commentaires (0)