241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/06/2017

L'oeil du cristal

Sans titre.jpg

 

          L’eau qui court sur la pente est ce peu
          que recueille la main les lèvres sont premières
          sous l’illusion du petit matin qui vaque
          j’avance parmi toi à la fleur du feu
          au souffle coulis des sphères
          tout est là recueilli et les veines de l’air
          captent la lumière réinventent la partition
          qui porte le chiffre du monde
          cette vapeur clémente, ce halo de bonté
          que diffuse la chair alentour


                                      Daniel  Martinez

16:17 Publié dans Arts, Eden | Lien permanent | Commentaires (0)

27/12/2015

Lettres à Gaëlle XXVI

XXVI


Dans les parcelles du temps des saisons et des heures
elle en pare tout entière sa langue perdurant là
depuis l'arrière de la gorge jusqu'au glissement de la voix
avec l'édifice des voiles un monde en mouvement


Vrai temps constellé mes formes d'air mes chemins
de nuages dessus le hêtre rouge somnambule des toits
je réapprends à vivre la ville est un ciel
où nous progressons absolus, toi comme feu respirant


moi libre sous ta main fine traçant ses rimes
tutoyant les luisants fusains dans le creuset des jours
que boit le sable de l'allée l'arc de tes lèvres
du même souffle apaisé 


A très petits flocons paraissent
les blés hauts des deux côtés de la route vicinale
cherchant issue lorsque la terre précise s'incline
sur une mer de buissons, une parure à traîne
qu'invente la toile du poème


Et le mot sans relâche qui me brûle
se devine au-delà des pensées
dans cette enclave ce Jardin surpris
dont on a gardé le désir le souvenir l'image
d'une éternité paisible gravée dans l'embrasure


                                                  Daniel Martinez

19:36 Publié dans Eden | Lien permanent | Commentaires (0)

11/12/2015

Lettres à Gaëlle XXV

XXV


Sur l'herbe du champ verte encore malgré la saison
des mouettes paressent nous entendons leurs cris
et le petit lac tout proche fait au passage frémir
quelques grèbes dont garde trace cette foule


insensée des nuages, la bouche bleue du bosquet
que tu ouvres des doigts comme le coeur de la terre
avec les troncs blancs des bouleaux nus
et le sentiment de son élection qu'engendre la beauté


quand elle vous est offerte sans crier gare
au détour des minutes arrachées au temps
où tout là-bas est offrande sous le vent
qui fait glisser lentement l'écho de nos pas


parmi les lignes des labours pétrifiés
de l'autre côté de la départementale.
Dans un semis de taches rousses
le présent acquiert l'épaisseur du passé


ainsi nous voyageons dans notre histoire
la main que je te donne échappe tout à fait
à ton âge, Gaëlle aux yeux sombres
sous les masses bruissantes délicieusement confiants


                                                        Daniel Martinez

00:45 Publié dans Eden | Lien permanent | Commentaires (0)