241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/06/2015

Les un an de Gaëlle !

BLOG 1 AN.jpg

Dans 30 minutes, Gaëlle aura un an !

08:29 Publié dans Eden | Lien permanent | Commentaires (0)

28/05/2015

Lettres à Gaëlle XVIII

XVIII

Ce que nous percevons sous l'émail du regard
n'est autre qu'au Pays des deux lumières
l'empreinte vive des oiseaux de lisière
ce que nous apprenons n'est autre
que l'usage de la contemplation
quand il aura suffi d'un simple sourire
pour diffracter les rayons solaires
devant un rideau de trembles
suspendus dans le bleu irréfutable


Les feuillages des paumes ouvertes
au miroir des jours dessinent
un long un immense filet mouvant
où s'agitent des ombres mâtinées d'or
et glisse sur les damiers horaires

sur l'épaisse laine de l'humus
un satin de robe silencieuse presque
qui crépite un peu jusques aux yeux

grands ouverts des statues dans le parc


Dans l'entre-terre un bruit qui point
celui d'un pas humain ou animal
les souples cycles et les moires
découvrent le bec jaune d'un merle
au surplomb d'un bosquet roux


Ce que nous devenons cendres grises
ou cendres blanches selon les jours
seront des mots de veille
ramilles d'où partiront des bulles
perdues dans l'invisible
veines vivantes de l'outre-temps
ou grains de sel grains de silence


Que dirais-je de plus
pour être si long temps resté seul
dans ma nuit

                     Daniel Martinez

01:24 Publié dans Eden | Lien permanent | Commentaires (0)

24/05/2015

Poèmes à Gaëlle, XVII

XVII

Aube radieuse où à l'eau du bassin s'est mêlée
ce que Mallarmé appelait "une goutte de néant"
s'éveillent les oiseaux là dans la paix de l'été
leurs cris blancs parmi les couleurs inertes
le Jardin surpris et ses précieux arômes
comme autant d'issues dans le temps
compté sans compter égrenant les moments
scandant le flux et le reflux et les migrations
du corps et de la pensée les mots partent ainsi

je ne retiens rien qui puisse aller
à leur encontre ils me viennent tels
étrangers d'abord parmi ces choses qui m'entourent
et comme des odeurs de terre rouge
des fruits engorgés d'eau dans le compotier
nés au monde et du monde
du sommeil encore sur ta peau
ma belle ma rayonnante

tu sais ce qui s'appelle Soleil
basculé dans le vert reprenant ses haillons
dans l'ordre rêvé la roue des insectes
lorsque s'incline la terre
renaissante à chaque enclos
il n'est que plus urgent de vivre
avec le goût sur la langue de ce qui est fondu

sur le tissu des minutes qui comble
la distance entre maintenant et maintenant
le mot singulier glisse pur
sans précédence ni succession semble-t-il
il s'inscrit de lui-même je le vois
je te vois le perçois comme les battements
de ton coeur sous les masses bruissantes
un vent léger traversé de tous les espaces sédentaires
porte louange de la trace disparaissante
sur l'impassible blancheur des roses

où tout reste à écrire ce désir ah ! de toucher
ce qui n'a pas de nom au croisement des saisons
jour de cantates et de fugues monde ouvert
monde possible monde secret mesuré et libre

                                      Daniel Martinez

09:23 Publié dans Eden | Lien permanent | Commentaires (0)