241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/02/2017

Du corps et de l'âme, du réel à l'image du réel

Le corps, le nôtre d'abord, n'est désirable que triomphant ; sa fragilité nous importune. Tout ce qui peut l'altérer nous inquiète. Les corps, il est vrai, n'ont plus tout à fait la même apparence que par le passé. Il y a sans doute autant de caliborgnons que naguère, mais moins de podagres. Les maladies changent aussi, comme les infirmités. Certaines ont disparu (personne n'a le visage crottu, comme chez Rousseau) ou se délocalisent, tandis que d'autres naissent ou reviennent.

Inséparables, le corps et l'âme vivent des relations troublantes. Si le ventre connaît la tribulation, le cœur devient humble ; s'il est bien soigné, la pensée s'enorgueillit, écrit Jean Climaque. Mais l'ascète n'est pas le seul à songer au "régime de vie" (à la diaieta). Et Nietzsche, qui rappelait que les grandes pensées viennent du corps, expliquait les travers de la philosophie allemande par l'abus de la bière, de la pomme de terre et de la choucroute !

On ne sait pas grand chose du corps de l'autre, si ce n'est d'ordinaire ce qu'il montre et ce qu'il en dit. Seulement des images... Les corps des siècles passés sont à jamais des énigmes. Il ne reste plus que la mise en scène du pathos : des sons, des images, des mots. Des sons, un peu comme les affetti dans la musique de Monteverdi. Ou des mots, encore  - par exemple chez Rousseau : "Combien de fois, m'arrêtant pour pleurer à mon aise, je me suis amusé à voir tomber mes larmes dans l'eau", mots qui font image tout à la fois.

Les visages eux-mêmes sont absents. Les pessimistes étant toujours pris au sérieux, les portraits accablants de Goya sont plus vraisemblables que les personnages de Fragonard. Il est difficile d'accepter qu'une part importante de la réalité, présente ou passée, nous échappe à jamais. Nous préférons saisir le réel selon nos images, et l'absenter aussi à travers les images. DM

27/02/2017

"Les feux d'Essaouira", Pierre Le Coz, éditions du Laquet, 2002

Ils poussèrent le volet et reçurent sur leurs paupières la dernière lumière, orange, sans origine, du soleil déjà couché. Et il leur parut que le soir d'été était comme la résolution de tous les antagonismes du jour, la couture de deux mondes qui s'étaient affrontés silencieusement au-dessus de la ville. Ils sentirent alors une profondeur s'ouvrir en eux tandis que, venant de la cité grondante une lame montait à cet instant vers leur fenêtre. Durant un instant, ils devinrent cette vague, firent corps avec cette invisible présence remplissant la chambre...

                                                                           Pierre Le Coz
                                                             
(a publié dans Diérèse)

 

LE COZ.jpg

Sur les chemins du monde, Daniel Martinez, 21 x 29,7 cm

24/02/2017

Le Crabe

CRABE BLOG.jpg

     Au crabe je dédie ces vers, à la nue qui babille
     entre les lèvres des rochers noirs
     veinés comme l'épars quotidien
     aux sables des regards filant doux
     au souffle du hasard, aux contingences et conjonctures
     à l'éventail des pinces recroquevillées sur elles-mêmes

     à ces yeux fous qui me fixent, jouant des filaments stellaires
     dessinés par la surface, au fil des anfractuosités
     qui s'étreignent, se confondent, aux portes les plus secrètes
     qu'ouvrent une à une les vagues sans coup férir

                                                                   Daniel Martinez