241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/01/2021

L'acte d'écrire, pour Eric Brogniet

     Écrire est une neige lente
      Sur la page des journées
      Nous nous rejoignons
      Nous nous absentons
      Sans discontinuer
      Tu parles dans l'infini
      L'inextricable monde
      Et toute la bouche du soleil
      T'éclaire sans peser jamais
      Ta blanche douleur
      Sans compter jamais
      La monnaie de tes mots
      Combien d'hésitations
      Ont égaré ta main
      Comme ton cœur
      O lumière saccagée de l'amour
      Longue et lente est la neige
      Des journées quand le temps
      Qui passe égalise toute fatigue
      Dans l'indifférence du monde


Eric Brogniet

06:57 Publié dans Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)

21/09/2020

Une page de mon dernier livre pauvre

Si froides les feuilles
contre tes joues
des visages
raturés
montent
lacis de vibrations
graphiées
ou
sismographiées
elles faufilent
l'indocile essaim
dans la clarté
du jour
intérieur
une source
lactée
sous les paupières
à l'impériale splendeur
le "Portrait de Rose-Adélaïde"*
paru dessous
l'alphabet incohérent
du monde
Seurat
aux trousses
des voleurs d'utopie
ses yeux te
fixent

où l'éther
inscrit son filet
arachnéen
rumeur ruisselante
de ces instants
comme poussière
au soleil


DM


* Le fameux "Portrait de Rose-Adélaïde" est visible au Musée d'Orsay, peint par Degas en 1868 ou 1870 (27 x 22 cm). L'un des plus beaux portraits de la Peinture que je connaisse : la carnation de ce visage, la limpidité de son regard, la distribution des brillants de l'épiderme, tout en fait une œuvre exceptionnelle, que j'ai voulu ici célébrer à ma manière.

19:33 Publié dans Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)

14/04/2020

Un poème de Vénus Khoury-Ghata

GHATA BLOG.jpg

Dans les poches de ma mère
                il y a une odeur froide
   et trois cailloux pour casser les vitres de l'été
La robe de ma mère a bu toute la neige de novembre
Les cris des oiseaux morts ont fait des trous dans son ourlet
Elle les chasse de ses bras évanouis
Elle les injurie dans l'absence des mots
   et l'absence des échos
           à l'intérieur de ses murs renversés
                                  
à l'intérieur


                              Vénus Khoury-Ghata

 

Dernière publication : Demande à l'obscurité, éditions Mercure de France, 5 mars 2020

04:18 Publié dans Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)