241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/02/2016

Le Poème du jour : Daniel Dezeuze

1.

Dans une nuée de maringouins, l'ourse décrit
des paraboles, et, tard dans le soir, erre
asticotée. Au ciel, la Grande Ourse tourne
assidûment, assaillie par l'éclat de ses
étoiles.

2.

Sous les traits retors du soleil, les
ratisseurs de sel avancent, piqués, éraflés,
crevassés, dans les miasmes tièdes, où,
de roubine en roubine, un dieu gabelou les
roule dans la saumure, comme
sardines ou femme de Loth.

3.

Selon les lois de l'Eden : aucun ordre
de fauche, aucun tumulus de brasilles
pour l'ivraie qui cependant tournoie
en fumée et forme les piliers du ciel.

4.

La nuit sans conseil et lourde de fardeaux
passe dans les chemins creux. Son pas terreux
et le flottement de ses haillons couchent
les rêves dans l'hyperbole spongieuse où la
litote fleurit. Demain à la première heure,
il faudra déblayer les pierres entassées là
qui retiennent la fraîcheur du sommeil.

                                   Daniel Dezeuze

00:51 Publié dans Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.