241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/05/2017

Jean-Claude Pirotte (1939-2014) et les Lettres du Cabardès

Françoise R. écrit, à propos de Jean-Claude P. :

"Pleine de tristesse, depuis votre message de dimanche sur le blog, je veux juste dire la peine d'une lectrice lointaine et inconnue de Jean-Claude Pirotte. Ses livres resteront sur l'étagère, tout près de ceux d'André Dhôtel, les Aimés. Sa voix accompagne depuis tant d'années mes saisons ! Mais je sais aussi que, comme la petite boîte à musique de l'enfance, ses poèmes feront encore et encore danser les heures boiteuses. Merci et toutes mes pensées à ses proches. "

* * *

Dans le courrier qui suit, en date du 16 septembre 2008, J-C P. se plaint de la fin annoncée de cette belle réalisation que furent les Lettres du Cabardès, il en donne la raison précise. Les poèmes qu'il envoyait à Diérèse étaient manuscrits, écrits au stylo-plume noir.

 

Quant à son allusion aux lettres de Henri Thomas, il s'agit de celles publiées in Diérèse 40 (printemps 2008), inédites, adressées dans les tout derniers mois de sa vie au poète quimperlais Gérard Le Gouic. Jean-Claude, qui aimait plus que tout et pour des raisons que l'on aura devinées, Le Migrateur, de Henri Thomas, pensait qu'un Cahier de la NRF, a minima, pouvait mettre l'accent sur l’œuvre épistolaire de l'auteur des Maisons brûlées. Depuis, un intéressant Choix de lettres, 1923-1993 a bien été publié par les éd. Gallimard, et ce n'est que justice. DM

 

 

PIROTTE 6.jpg

 

 

21/10/2016

"Rondeau" de Jean-Claude Pirotte

PIROTTE 26.jpg

                     rondeau

          chaque cerisier me rappelle
          à Fougerolles ce printemps               
          les baladins d'Apollinaire

          qui ont des ours et des enfants
          comme hélas on n'en voit plus guère
          ils sont bannis depuis longtemps

          chaque cerisier me rappelle
          les maraudes et la lumière
          des vergers et le chant du ciel
          et le silence des étangs
          de Fougerolles au printemps

          et les signes que font de loin
          les hameaux oubliés du temps
          d'où sont bannis depuis longtemps
                les baladins


                      Jean-Claude Pirotte, Fougerolles

* *

                      Les saltimbanques


          Dans la plaine les baladins
          S’éloignent au long des jardins
          Devant l’huis des auberges grises
          Par les villages sans églises.


          Et les enfants s’en vont devant
          Les autres suivent en rêvant
          Chaque arbre fruitier se résigne
          Quand de très loin ils lui font signe.


          Ils ont des poids ronds ou carrés
          Des tambours, des cerceaux dorés
          L’ours et le singe, animaux sages
          Quêtent des sous sur leur passage.

                    Guillaume Apollinaire, Alcools

01/04/2016

Diérèse 59/60 : Jean-Claude Pirotte ouvre le "Cahier 1"

Voici les trois premières pages manuscrites (sur une suite de huit poèmes) écrites par Jean-Claude Pirotte en hommage à Nicolas Dieterlé. Elles ouvrent le premier Cahier de Diérèse 59/60 :

 

P-DIETERLE 1.jpg

P-DIETERLE 2.jpg

P-DIETERLE 3.jpg

                                       Jean-Claude Pirotte

 

Les vers en italique sont extraits de "L'Aile pourpre", de Nicolas Dieterlé, éd. Arfuyen, 2004 (j'en avais alors acheté un exemplaire à l'éditeur pour Jean-Claude).