241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/06/2015

La préparation du numéro de Diérèse consacré à Nicolas Dieterlé

JCP 15.jpg

Cette lettre inédite de Jean-Claude Pirotte, qui m'apprend la gravité du mal qui l'assaille. Il n'empêche, il écrira des poèmes en hommage à Nicolas Dieterlé, et peindra des encres à sa mémoire, pour Diérèse...

                                                    Le 18 novembre 2011

           Cher Daniel,

          tu n'as pas pris l'exacte mesure de mon état de santé (plutôt de maladie).
Je suis harcelé de toutes parts, et je souffre même d'une tumeur rarissime dans l'oreille interne, presque inconnue de la médecine tellement elle est rare. Les douleurs engendrées par la présence de ce "glomus jugulaire" sont intenables. Pas de guérison connue, sinon la chirurgie à haut risque pratiquée par un seul chirurgien en France, à la dernière extrémité. Je suis à l'hôpital lundi prochain (le 26) pour tenter d'y voir clair.
          J'ai écrit une demi-douzaine de poèmes en hommage à N. Dieterlé. Je recopierai et t'enverrai dans la semaine. J'essaierai un ou deux dessins mais je ne promets rien - ce sera selon mon état.
          A toi, en toute amitié,

                                     Jean.

31/05/2014

Hommage à Jean-Claude Pirotte

Tandis que l'on a pu guetter,  en vain,  une mention dans  "Le Monde des livres" du 30 mai, n° 21574, de la mort du poète... Frédéric Chef, auteur, poète qui a été l'ami de Jean-Claude Pirotte, lui rend ici hommage. Jean-claude lui avait donné des poèmes pour sa Géographie sentimentale (éditions Le Pythagore, 2006).  

 

                    pour Jean-Claude Pirotte, i. m.

 

    te voilà sur les bords de la Sambre

    parti la Meuse le Léthé ou le Styx

    peut-être commences-tu à descendre

    dans un poème toujours aussi prolixe

 

    pourtant locataire sous le vocable

    de la Vierge* qui te faisait rempart

    tu tirais par les cornes ce Diable

    ignorant qu’un jour le temps sépare

 

    ce qu’il a réuni comme un bouquet

    de membres de chair et de pensées

    au-dessus l’âme ou quelque chose

 

    approchant ? les poètes ne meurent

    c’est connu jamais souffre-douleur

    ils se piquent pour nous à toutes les roses

 

                                                   Frédéric Chef, 27 mai 2014

 

* Jean-Claude Pirotte habitait rempart de la Vierge, à Namur (ndlr)

 

PIROTTE 1.jpg

Combat avec l'ange, encre de Chine sur Arches (15,3 x 16,1 cm)