241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/09/2020

Un sage en attente...

Un sage en attente.jpg

 

     La pensée se grise       les gestes

     sont ceux du grand départ

     lueurs d'aube       au bout

                             de la nuit

     goutte à goutte

     une pluie de cendres blanches

     de plumes d'oiseaux

     offertes au néant

     le monde ne serait plus

     que sentiment marin

     vagues chuintant

     gravures du hasard

 

                              *

 

             Un corps d'écoute

     aux quatre vents       des plis       des pans

     dans l'ailleurs dans l'instant

     qui dépouille de tout

           sauve 

     la langue en ses cheminements

     une poussée sauvage

     une substance sonore

                         dans le ciel antérieur

     comme voile déchirée

     ni grève ni trêve       mais

     la quête

     de l'être       sans sujet

 

                              *

 

     Rompant le souffle et

     cherchant son lieu la terre mère

     offerte aux herbes

     à toutes les percussions intérieures

     à l'ombre des flammes

     d'ambre et d'alun

                     nous là

     fascinés

     sous le couvert du temps

     par recoupes simultanées

     les yeux rêvent

                     deux fois plus bleus

 

                          *

 

     La douceur de la pierre

                          semée d'empreintes

     les larmes noires du varech

     où plongent les mains tranquilles

     ont la couleur des dunes

     comme l'univers tout entier

     glisse sur les marches

     de la maison d'enfance

    

     en deçà       de tout cela 

 

Daniel Martinez
9/9/2020

20/08/2020

"Vertiges", de Daniel Martinez

J'ai embrassé ce monde
sans que vienne la nuit
prendre trace dans mes paumes
collines collines pierriers de mes os
magie enivrante d'une fontaine
dédiée à ceux qui n'ont pas d'autre histoire
que celle des vents qui animent le monde
depuis ses commencements


Simplement dire aujourd'hui
présente à toi souveraine
cette campagne en face
et derrière toi d'un temps à l'autre
au devant de ce qui n'existe
que par le désir que nous en avons
l'odeur d'herbe celle de la pluie passée
sur les broussailles de cendre
au fil d'étranges feux
l'épaisseur inquiète de la terre


Si dans nos yeux passent
vastes et douces des couleurs inertes
passions lentes à l'envers du feuillage
une sorte de bonheur mieux de plaisir
plus et mieux que le miel d'Éleusis a paru
une volée d'étourneaux
mêlés à d'anciens visages
derrière les bruissements du rideau


Ils sont ta part nomade
et procèdent de ces peurs infimes
qui font hésiter la lumière
à combattre l'informulable
ils deviennent les fruits mûrs
appelés de nos vœux

entre lesquels jouent nos mains
quand d'une traite la forme efface
les derniers signes apparents

 

Daniel Martinez

18/08/2020

"L'mage dans l'image", de Daniel Martinez

L'ombre est violente, elle franchit
la frontière du jardin aux limites
presque abstraites
une volée de la main suffit
pour que les graines si légères

se fondent dans la terre
à l'insaisissable mouvement du sang
aux confins de la roseraie


Tu te frottes au silence
au destin des paysages
et des chemins creux
sous
le va-et-vient
des barrières bleues du ciel
le reflet de la lampe est d'argent
entre les herbes laiteuses
et les araignées d'eau


Tu t'attardes et bois des yeux
les scabieuses de la tour
la voix douce de l'eau à porter légère

sinon ce haut chant ouvert
sur la beauté des murs
griffés d'ocre peuplés d'échos
où la flamme chante
l'équilibre hasardeux du tout
sous le poudroiement de l'été

 

Daniel Martinez