241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/10/2016

"Soleil blanc"

SOL BLANCO

 

Mil gotas de nácar
en las contraventanas de madera maciza
muchas otras en sospenso
las mismas palabras sin mentira

Como ropa de lana nube
en los hombros ya estamos en abril
el ademán algo más distante
hasta la habitación abuhardillada

La primavera gira puede crecer
cargada de tiempo imperceptible
imágen de una imunidad
un ilusorio consuelo

Pero que importa el más allá
madriguera de comadreja paja mojada
dos hilos desnudados inactivos
como alumbrados en la media luz

              Daniel Martinez
              traduit par Pacôme Yerma

30/09/2016

Un poème automnal de Rouben Mélik (1921-2007)

MELIK.jpg

     Sonnet
     du pays nocturne

 

     Dans ce grand mouvement d'automne où j'entre avec
     Ma force neuve, à peine est-ce d'un corps durable
     Et trop la nuit me hante encore mesurable
     Si morte la mémoire et le cœur mis à sec.


     Offrande du soleil que vient trouer le bec

     De l'oiseau déchiré, sois la part séparable
     Et le partage fait d'un coin de terre arable
     Où moisit la moisson dans l'oubli d'un échec.

 

     Chaque mot d'être dit limite la lumière
     A l'espace brutal de la mort coutumière
     Où la saison finit. Dans ce Grand mouvement

 

     D'automne où j'entre avec mon ancien héritage
     Je décompose l'ombre et je suis mon otage,
     Contre toi, soleil, face à Toi qui me démens.


                                        Rouben Mélik

20:11 Publié dans Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)

04/06/2016

Printemps, es-tu là ?

OISEAU BLOG 2.jpg


      L'air des mots un égard échangeur
      (et reprend très loin le pâle tracé d'une route
      muée en un bouillonnement violet-rouge
      sous le crépuscule semblablement)
      quand s'envolent aux créneaux des branches
      les colombins à l'avenant plumes aux macules
      plus noires que calame le temps de fermer l'œil
      mon sujet d'âme y puise vive
      ta propre conviction face à tout.


                                            Daniel Martinez
                                            04/6/2016

13:05 Publié dans Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)