241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/01/2018

Marcel Béalu (1908-1993)

Daniel Abel nous parle aujourd'hui de Marcel Béalu, pas très connu du grand public, malgré des qualités littéraires évidentes : il se refusait en effet le plus souvent à se confier aux médias, du temps où ils s'intéressaient encore aux poètes. Par ailleurs, il n'était pas du sérail, ce qui en France constitue un obstacle en soi... Signalons, pour approcher l'homme de plus près, sa trilogie parue chez Belfond : Enfances et apprentissages, Porte ouverte sur la rue et Présent définitif. Des livres dont vous pouvez faire l'acquisition en ligne, car épuisés. A bientôt. DM

 

Marcel Béalu.

C’est au cours du « temps lent » de l’hôpital que je découvris, à côté de poèmes de Jacques Marie Prével, Antonin Artaud... dans l’Anthologie de Georges-Emmanuel Clancier : De Rimbaud au surréalisme, un texte de Marcel Béalu intitulé « Le Bocal », lequel m’enthousiasma. Il ne s’agissait plus de décrire de l’extérieur mais de pénétrer l’essence même du poème, de vivre des métamorphoses, de participer d’un climat de magie cher aux romantiques allemands et au surréalisme.

Lorsque je me rapprochai de Paris, je voulus connaître l’auteur de tels textes et je le découvris, rayonnant, solaire, aux environs de 1958, en sa librairie du Pont Traversé, rue St Séverin. Le quartier – les gargouilles de l’église, le théâtre de la Huchette où l’on jouait Ionesco, la rue du même nom avec ses gargotes aux senteurs fortes, l’atmosphère des caveaux de Villon, l’église St Julien le Pauvre face à Notre Dame, la rue St Jacques d’une flèche vers le Panthéon... J’étais « le Paysan de Paris » subjugué par le Paris médiéval, occulte... par la « Ville volante », conte qui ouvre le recueil de La Pérégrination fantasque.

J’appris que Marcel Béalu avait été marchand de chapeaux à Montargis puis il avait ouvert cette librairie avec les livres d’ésotérisme, occultisme, surréalisme, art... On avait envie de fureter parmi les éventaires, de s’attarder sur des dessins de Marcel Béalu, des photos d’écrivains en vitrine, avec les dédicaces. La librairie était un antre aux trésors, à l’étage l’alchimiste façonnait ses pépites en courts poèmes, imprégnés d’onirisme, de merveilleux.  

Il reconnaissait volontiers : « La poésie n’a jamais été pour moi un refuge ou une fuite mais la seule expression possible : celle qui s’efforce d’atteindre au plus secret. » Pour reprendre un slogan de mai 68, avec Marcel Béalu l’imagination était au pouvoir : «  l’imagination c’est la prescience du mystère, la mémoire de l’ombre »

Marcel Béalu m’apparaissait à l’époque comme un veilleur, solaire par le visage, la chevelure bouclée, il avait de beaux yeux clairs de voyant, habités d’une flamme intérieure. Derrière lui se dessinait un paysage, la Loire de son enfance, de son  adolescence, des environs de Saumur, l’eau courante ou dormante, écrin où se montre, glissante, fascinante.... « Je me promenais innocemment près de la rivière quand une voix lointaine et comme venant du fond de l’eau m’arrêta.... » Le chant des sirènes ? L’Araignée d’eau, qui deviendra la troublante Nadie.

Marcel Béalu savait, dans ses contes, nous entraîner dans le surréel, dans le climat de l’envoûtement, cher aussi à Nerval. Il déclare pourtant : «  je ne pense pas qu’il y ait d’écrivain plus réaliste que moi, inventer n’est pas mentir... » C’est sans doute transposer. « A regarder les choses sous un certain angle on peut voir tous les jours des maisons s’envoler, des bêtes ayant le don de la parole, des poissons qui se transforment en clés d’or, des femmes qui se métamorphosent en oiseaux. On n’invente pas un miracle. Or la vie est un perpétuel miracle. Il suffit d’y croire. »

Marcel Béalu croyait à Alice au pays des merveilles, à une réalité seconde. Il publia quelques textes de moi en sa revue d’alors, éditée par Rougerie : Réalités secrètes. Comme il l’a déclaré à Radio Paris au cours de l’émission Belles lettres du 1er mars 1960, citant Raymond Lulle : « sans l’ombre on ne verrait pas la lumière... sans l’ambiguïté des sentiments – l’essence même de la vie – on ne saisirait pas les plus purs élans de l’être.... »

Il me définissait comme un « homme familier des chemins profonds » en quête, comme chacun d’entre nous, de la Liberté. A ce sujet, il écrit dans une lettre du 15 septembre  1984 : «  J’aime que mon nom, dans ton livre – Pluriels de Mers –, soit inscrit au dessus du mot Liberté et des très beaux poèmes qui suivent. »

Fantastique, surréalisme... A mon sujet encore voici ce qu’il dit dans une revue me concernant de mon parcours : « C’est là que je  rencontrai Daniel ABEL il y a très longtemps. Nous naviguions sur les mêmes réalités secrètes... un peu plus tard, sauvé par l’insubmersible radeau (de la Méduse) des surréalistes, Daniel Abel se livra sans retenue à la fascination de ces princes ruinés d’où l’enchantement nocturne de ses écrits et cet acharnement à ne pas sombrer avant l’orée première celle où se lève enfin le jour vrai sur les prairies immaculées »


Daniel Abel

09:54 Publié dans Auteurs | Lien permanent | Commentaires (0)

06/01/2018

De Daniel Abel à Maurice Blanchard (1890-1960)

Manière de commencer en beauté l'année 2018, une œuvre du poète et plasticien Daniel Abel, dont je parle dans le prochain "Tribune libre", nouvelle rubrique in Diérèse opus 72. Quatre intervenants dans cette section : Pierre Kobel, Patrick Argenté, Jeanpyer Poëls, et votre serviteur. Au final, ce sera un numéro fort de ses 282 pages, bellement illustré (clin d’œil à mes amis de Décharge) et dont le sommaire en fera pâlir plus d'un ! J'ai pris le temps qu'il me fallait pour ne pas faillir, le blog en a quelque peu pâti, pardonnez-moi. Allez, c'est reparti ! Amitiés partagées, Daniel Martinez

 

ABEL BLOG.jpg

 

et en regard, un poème de Maurice Blanchard, apparenté aux surréalistes ; par ailleurs, ami de René Char, qui lui dédiera un poème du Marteau sans maître : "Les observateurs et les rêveurs". Les Œuvres complètes de Maurice Blanchard ont été publiées par les éditions Plasma.

Il y a des lumineux instants dans le percement de mon isthme, il y a des clartés d'enfant sur le roc matinal, il y a ces pics éblouis de Paul Eluard et ces feux tournants de Joë Bousquet, espoir du naufragé, perforation de la nuit, il y a des signaux sur les drisses : "Aperçu, ami !" quand je sors le bras de mon isthme, quand j'agite la main, queue de requin, quand je secoue furieusement mon mouchoir et ses poussières de confidences, il y a des accords de silences chez les créateurs de mondes, il y a des accords de silences pour chavirer le monde.


Maurice Blanchard

extrait de "Les périls de la route", dixième cahier de "Habitude de la poésie", édité à un petit nombre d'exemplaires par GLM, impression sur papier glacé bleu ciel (au recto) et jaune paille (au verso), 1937. Une rareté. Attention, fragile !

19:21 Publié dans Arts, Auteurs | Lien permanent | Commentaires (0)

23/12/2017

Kenneth White opus 5 (suite et fin)

La blancheur est inséparable de la présence : les arbres pris dans le gel sont incomparablement présents : à travers eux filtre la lumière. Le regard est aimanté par la blancheur virginale de la glace qui étend son règne à toute la nature. Elle la plonge dans une léthargie, une catalepsie réparatrice qui prépare la reverdie, qui annonce une nouvelle efflorescence.
Le poète a une nette prédilection pour un "Pays de neige et de glace", comme il l’exprime dans le poème éponyme du recueil Terre de diamant :

       Parvenu en ce lieu
       où la blancheur est évidente
       ici dans les montagnes
       où le froid mon élément
       me ceint d’éternité

L’évidence de la blancheur, c’est ce qui se passe de mots. Le poète n’a besoin que de peu de mots pour saisir la beauté glacée du paysage. La "blancheur est évidente" parce qu’elle se donne à voir elle-même. Elle n’en a que plus de valeur, comme le poème qui se détache sur la blancheur virginale de la page. Le poète écrit avec du froid, il compose avec de la lumière.
Un dernier poème du recueil Atlantica, du reste déjà cité ("Hautes Etudes"), suffit à mettre en lumière la poétique de la blancheur qui organise le poème de Kenneth White :

       Pourquoi tant étudier
       pour atteindre le blanc –
       ayant secoué les lettres
       devenir illettré
       et vivre
       dans la lumière immaculée

La poésie est l’art d’atteindre à la blancheur en tant qu’elle est pureté, sinon perfection, du moins justesse.
L’écriture poétique se définit avant tout par une quête de l’écrire vrai, de la juste formulation. Le vrai poète doit devenir illettré pour réapprendre à voir et à dire le monde tel qu’il est, au lieu d’avoir les yeux bouchés par tout les discours qu’on tient sur lui.
Le vrai poète parle donc parce qu’il manque de mots et non pas parce qu’il est dans un trop dire.


En conclusion, je voudrais dire combien la poésie whitienne et la géopoétique qui en est le corollaire obligé font souffler un vent nouveau sur le monde de la poésie contemporaine de langue française. Le poète voyage sa langue et habite le monde par son œuvre poétique. Il est en "chemin de lumière" parce qu’il ne cesse de tendre vers un regard plus pur, vers un regard dépouillé de tout savoir et de toute glose. Il se tient quelque part entre la recherche de la blancheur et la conscience de l’obscurité, entre la transparence de la beauté et l’évidence de la vie.


Alexandre Eyries

13:34 Publié dans Auteurs | Lien permanent | Commentaires (0)