241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/01/2019

La condition du poète, pour Jules Supervielle (1884-1960)

D'aucuns lui reprochent d'avoir su rester simple dans ses écrits, au moment même où les surréalistes regorgeaient d'images, accusant à l'envi les filières jointives du préconscient et du conscient. Il est des mots tout aussi bien dont il usait et qui aujourd'hui ne s'emploient qu'avec d'infinies précautions, un peu comme si l'on avait honte de souligner la part de mystère qui émane d'un poème qui nous touche, nous transporte et modifie notre vision des choses. Le plus préoccupant à mon sens passe par cet éloignement de l'être, très actuel, pour n'en garder que la part la plus superficielle, j'allais dire sociétale. Or exister à plein revient toujours à se singulariser, à s'évader des voies tracées pour concorder au mieux avec son paysage intérieur, irremplaçable, lui.
Ce qu'en dit plutôt l'écrivain franco-uruguayen Jules Supervielle, de la condition du poète :

Le mystère poétique l'attire plus que la vie, sans transposition, de chaque jour. C'est grâce à la fascination de l'inconnu que le poète même quand il se trouve devant son meilleur ami se dit parfois : "Comme une lettre de toi me ferait plaisir, même en ce moment où tu es en face de moi. A être là, tu perds de ton mystère alors que tes lettres je les garde longtemps sans les ouvrir pour faire durer leur imprévu et leurs possibilités".

Jules Supervielle

 

13/01/2019

"Les révoltes secrètes", de Jean-Gilles Badaire, éd. Fata Morgana, 11 sept. 2009

Bien plus qu'une curiosité, ce recueil du plasticien et poète Jean-Gilles Badaire (qui a illustré le premier numéro de Diérèse consacré à Thierry Metz, le 52/53) se compose de quatorze "domaines clos", lieux-dits, chemins vicinaux ou noms de demeures comme autant d'échos de l'enfance, auxquels l'écriture redonne vie. Une impression de temps suspendu, premier pas vers l'éternité... Émaillé d'un constant appel au réel, porteur d'émotions : le peintre est là, sur sa palette il ajuste ses couleurs, ici le vert, sur le damier du Temps :


Les Gabeaux


La source est mieux écrite dans l'herbe. Deux blocs de pierre scellent l'eau. Le cresson y est facile, c'est une peau verte, des lentilles s'y meuvent doucement. J'ai souvent dérangé de mes mains cette âme tendue. Le lieu est frais, près du terrain de football gagné sur l'humidité, l'eau affleure, un réseau de rigoles lace le pré juste avant la source.
J'y ai passé des instants furtifs, volés ; solitaire, je me fondais au secret de ce lieu bruissant d'eau, j'oubliais parfois jusqu'aux cris de jeunes footballeurs. J'étais échappé de l'équipe.


Jean-Gilles Badaire

20:11 Publié dans Auteurs | Lien permanent | Commentaires (0)

06/01/2019

"Un été avec Homère", de Sylvain Tesson, éditions des équateurs/parallèles, avril 2018

"Hélas! en quelle terre ai-je encore échoué
(Odyssée, XIII, 200)

se plaint Ulysse. Rien de ce qui est rendu à l'homme ne lui sera octroyé facilement. Homère insiste encore : tout se conquiert âprement dans la vie. A la sueur de notre front, diront d'autres Écritures. "Rien n'est jamais acquis à l'homme, ni sa force, ni sa faiblesse, ni son cœur", renchérira Aragon. Pour l'heure, Athéna prépare à son favori un retour de haute lutte.
La déesse apparaît à Ulysse sous les atours d'un pâtre, puis d'une femme splendide, et elle lui révèle Ithaque en dissipant la brume. Elle a ourdi un plan. Elle assistera Ulysse dans la reconquête du palais :
          je serai là
          quand nous travaillerons, et je crois que beaucoup
          souilleront le sol infini de sang et de cervelle !
          (Odyssée, XIII, 393-396.)
Ulysse is back, et cela va saigner. Mais l'opération va se dérouler dans la discrétion. Pas question de revenir en fanfare comme le fit Agamemnon qui trouva la mort en paiement de son ostentation...

Sylvain Tesson 

Martinez 1521.jpg

13:09 Publié dans Auteurs | Lien permanent | Commentaires (0)