241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/02/2016

Alain Lance s'entretient avec Michel Deguy

L'art poétique aujourd'hui

 

Aujourd'hui, Alain Lance interviewe Michel Deguy. Alain Lance est né en 1939. Poète et traducteur d'écrivains allemands tels Volker Braun et Christa Wolf. Il a dirigé la Maison des écrivains de 1995 à 2004. Michel Deguy est né en 1930. Poète et philosophe, il a publié de nombreux livres de poèmes, depuis Fragments du cadastre en 1960. Il a appartenu pendant 25 ans au comité de lecture des éditions Gallimard, a été président du Collège international de philosophie et de la Maison des écrivains.

Alain Lance : Depuis longtemps, l'écriture de vos poèmes s'accompagne d'une réflexion sur la poésie. Peut-on caractériser la situation actuelle de la poésie en France par, à la fois, une audience restreinte et un volontarisme affiché des pouvoirs publics pour encourager sa promotion ?

Michel Deguy : Certes, l'audience de la poésie se restreint à ce que l'on appelle les petits médias, petits éditeurs, petites revues, petits tirages, et l'on peut penser que cette tendance va s'accentuer. Et les initiatives prises par le ministère de la Culture ou le ministère de l'Education nationale ("Le Printemps des poètes", par exemple) pourraient laisser craindre qu'on ne songe à la poésie que pendant une semaine au mois de mars. Le reste du temps, ce serait l'atonie. C'est un risque. Mais je suis un peu las des lamentations. Faisons donc ce que nous avons à faire. On peut certes regretter que l'immense apprentissage par coeur du poème se perde, aux dépens de cette mémoire de la langue et de la poésie. Par quelle métamorphose ou mutation la retrouverons-nous ? Feignons d'être optimistes.

Les manifestations de poésie sont habituellement des lectures. C'est légitime, je ne le remets pas en question, j'y participe souvent, comme d'autres. Mais au cours de ces lectures, a fortiori s'il s'agit de poètes de langues différentes, il y a une énorme déperdition. Le souci de "poétique" est écarté puisque, pendant qu'on lit, récite, vocifère, on ne discute pas des affaires de la poésie : qu'est-ce que la poésie ? Que peut-elle encore aujourd'hui ? A quoi bon des poètes ? Etc. D'ailleurs, je rappelle que dans l'oeuvre de nombreux poètes essentiels (Du Bellay, Baudelaire et bien d'autres), outre le poème proprement dit, la réflexion sur la poésie occupe une place importante. Nous avons besoin d'une critique de la poésie. 

Mon projet est simple : plutôt que de solliciter critiques littéraires et théoriciens pour leur demander ce qu'ils pensent de la poésie aujourd'hui, j'invite des poètes (ndlr : rencontres sur ce thème qui se sont déroulées de mai 2002 à 2003, sur le site de la BnF) qui souhaitent faire part de leur réflexion sur la poésie, ce qui n'est pas le cas de tous, quelle que soit par ailleurs leur valeur intrinsèque. Cette rencontre ne peut être qu'internationale, car la mondialisation vient affecter tous les arts, également celui de la poésie. Y a-t-il donc une poétique mondiale de la poésie ? Peut-être que non, peut-être constaterons-nous des affrontements dispersés.

A.L. : Pouvez-vous esquisser la thématique des deux premières rencontres de la BnF ?

M.D. : J'introduirai donc ces rencontres en nous interrogeant : y a-t-il quelque sens commun (dans les deux significations de cette expression) aux questions qui touchent à la poésie ? N'intéresse-t-elle plus que les poètes entre eux ou continue-t-elle à donner la parole à une expérience universelle ? Nous pourrions nous demander ensuite ce qu'est cette mondialisation en termes de marché. Y a-t-il une valeur marchande de la poésie ? On sait bien qu'en termes de transaction, de circulation de biens, la poésie est affectée d'une grande faiblesse si on la compare aux oeuvres picturales, par exemple. Et cette non-appréciabilité diminue-t-elle l'existence sociale de la poésie ? Ces rencontres, je les nomme avec humour "Etats généraux de la poésie", car n'y dialogueront que quelques dizaines de représentants de cet art poétique. Mais qui le représenteront bien, du moins je l'espère.

A. L. : La traduction de la poésie, depuis quelques décennies, occupe une place importante dans l'écriture de nombreux poètes. La revue Po&sie que vous animez en est un bon exemple.

M. D. : Oui, la problématique de la traduction intéresse de plus en plus de monde, y compris les poètes eux-mêmes. Comment la littérature et particulièrement la poésie vont-elles, moins facilement que l'euro sans doute, passer les frontières? L'avenir, s'il y en a un, est dans cette immense conservation des langues.

16:51 Publié dans Auteurs | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.