241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/02/2016

Un poème de Vénus Khoury-Ghata

GHATA BLOG.jpg

Dans les poches de ma mère
                il y a une odeur froide
    et trois cailloux pour casser les vitres de l'été
La robe de ma mère a bu toute la neige de novembre
Les cris des oiseaux morts ont fait des trous dans son ourlet
Elle les chasse de ses bras évanouis
Elle les injurie dans l'absence des mots
et l'absence des échos
           à l'intérieur de ses murs renversés
                              à l'intérieur


                              Vénus Khoury-Ghata

Dernière publication : La femme qui ne savait pas garder les hommes, Mercure de France, 2015

00:52 Publié dans Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.