241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/12/2017

Dans la rubrique "Poèmes", in Diérèse 72

Nous commencerons par Alain Duault avec tout ce qu'il écrit de beau du désir, essentiel à la vie ; qui nous éloigne, poètes, des jeteurs de sorts et d'anathèmes, quand notre esprit et notre cœur nous relient aux forces et aux mouvements qui font aller le carrousel de ce monde, hors ses maux profanes  :

 

Camélias fanés

... Ce bruit doux et craquant du satin sous les doigts
Sous les nerfs ou cette mélodie enfouie ce désir
De faner cette fleur entre les seins une arrogance
Une craie sur la peau un vent singulier qui souffle

Dans une rue de hasard quand on vit ces dernières
Saisons nous avons beaucoup dansé mais on sait qu’
Il est temps de voir arriver les voleurs de l’été qu’il
Ne faut pas manquer la beauté des jours qui passent

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 

 

Alain Duault

Les commentaires sont fermés.