241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/02/2018

Vision de la poésie

Aujourd'hui, c'est Armand Olivennes (l'un des auteurs de Diérèse) qui nous en parle, voici :

     Tout est poétique dans l'univers, souligne Platon dans Le Banquet, mais les poètes sont ceux qui se sont plus électivement voués à l'expression verbale de cette poésie universelle, notamment grâce à la prosodie. La poésie n'est donc jamais formelle. Des sensibilités au mythe cosmique, très différentes les unes des autres, s'y affirment et s'y affrontent avec plus ou moins de réalité personnelle, de talent et de plausibilité.
     Se séparer des autres, et les rejoindre cependant, leur faire admettre une communauté, une sorte d'ensemble idéal, où tout ce qui ne tombe pas sous le sens, tout ce qui est obscurément hermétique, serait uni par la cryptologie de l'esprit, et par les mots, cette ambition a sa traduction dans les formes, la recherche formelle et dans le contenu thématique.
    Cette assignation était encore claire quand une forme commune définie, une prosodie, sous-entendait, à la fois, l'égocentricité et le sentiment de communauté. Mesures, rythmes et rimes attestaient l'individu, la personne, par rapport au discours social, mais aussi l'appartenance de cet individu à une culture commune, à un mode de civilité.
     Au XIX ème siècle, ce principe de communication n'est plus devenu qu'une épreuve ; l'extériorité du Moi a subi trop de tortures, de trop violentes dénégations, pour s'y résigner et l'ensemble social a connu, malgré tous ses discours, plus de rupture que de communauté.
     Deux courants de l'art poétique, souvent opposés, se sont alors constitués. Dans le premier cas, le Moi restait à deviner, à se définir, à se replier sur lui ou à se dilater à l'infini : poésie presque ou tout à fait autistique, avec ou sans des étais prosodiques, et les accents les plus irréfutables de la sincérité, de la détresse et du cri.
     Le deuxième courant a maintenu sa (relative) cohérence, dans l'appartenance à une pluralité, en privilégiant ce qui fonde le lien communautaire, la foi, la lutte pour le progrès humain, la jouissance immédiate des biens terrestres, etc.


Armand Olivennes

12:41 Publié dans Entretiens | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.