241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/08/2018

Une dédicace des plus délicates

Pour la petite histoire : Pascal Quignard obtient le prix Goncourt en novembre 2002, pour l'essai intitulé Les Ombres errantes, au troisième tour de scrutin grâce au soutien d'Edmonde Charles-Roux et de François Nourissier et malgré la vive opposition de Jorge Semprun qui, fait exceptionnel, se désolidarise du choix du jury après la proclamation des résultats.

Quant à moi, je considère alors qu'il s'agit d'un bon livre, au-dessus de la production littéraire du moment, écrit par un auteur qui, à mon sentiment, pourrait être nobélisable, non pour L'Occupation américaine (médiocre ô combien) mais pour Le Salon de Wurtemberg, Le Sexe et l'effroi ou ce qui composera sa trilogie du Dernier royaume.
J'avais acheté dès sa sortie Les Ombres errantes et un SP m'avait été envoyé, concomitamment. Dans la foulée, j'expédiai par la poste directement à son domicile parisien (que je connaissais) ledit livre, pour une dédicace. Nous sommes au tout début du mois de décembre 2002. Pas de nouvelles... Ce n'est qu'en avril 2003 que je reçois Les Ombres errantes dédicacé, expédié depuis une machine à affranchir du VIe arrondissement de la capitale.

Le livre, envoyé à Quignard (un service de presse que je n'avais que feuilleté, à l'inverse de mon exemplaire acheté) est à présent bien marqué au dos (la reliure, comme on dit dans le métier, plutôt cassée, pour bien signifier qu'il avait été lu, voire relu jusqu'à plus soif). J'ouvre l'objet et découvre que ce littérateur a trouvé subtil sûrement de me le dédicacer précisément un vendredi 13 (pas de chance, n'étant pas superstitieux), sans aucun terme de politesse passe-partout comme un "cordialement", glissé avant la signature. [C'est pour votre serviteur un exemple unique il va sans dire, la raison même pour laquelle je vous scanne la page de garde, histoire d'en sourire ensemble, un tantinet].

... Avec le recul, qu'en penser ? Qu'un auteur est avant tout un homme ordinaire dans le commun des jours, susceptible comme tout un chacun dès que l'on met un pied dans son domaine réservé. Et d'autant plus que le prix que cet écrivain attendait mordicus aurait dû normalement lui échapper. Quant à la pertinence des choix de tel ou tel jury, est-il vraiment utile que je m'y attarde ?... Tout de même : "Il est certains auteurs que l'on ne devrait connaître que par leurs livres", me disait un galeriste d'Ixelles, qui a aussi publié quelques poètes. Je confirme. Amitiés partagées, Daniel Martinez

QUIGNARD II BLOG.jpg

21:26 Publié dans Journal | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.