241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/08/2018

Visions

Et l'image son chant en toi
qui sommeille entre les rayures de la lumière
au fil d'une réalité surprise
par les pépiements d'enfants
parvenus jusque-là
dans la mémoire à claire-voie
et sous les rides du visage
l'été sue encore pour ramener
au monde l'essor nécessaire
sur les rives de son visage
le ciel n'a pas vieilli
des bouffées de splendeur
se résolvent en volutes
on ne respire pas que pour soi
renoncerions-nous aux choses de l'esprit
pour quelques instants d'innocence
ici les pas survolent les graviers blancs
les feuilles diffuses tu y hasardes les mains
l'histoire n'a jamais été aussi vraie
elles lui apportent une forme lucide
quand tu te donnes à moi
aux vertiges de la terre
filant au large
à l'unisson

 

Daniel Martinez

 

 

18:43 Publié dans Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.