241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/06/2020

Oiseaux

Sans titre.png

Partir : au bout du sentier
des braises déchirent
le septième arbre
à tant de voix basses répondent
les bourdons de midi
pierres et bourgeons
brûlent des fagots d'azur
arrachés de l'Immense
et dans ta main respire
le vaste buisson des yeux


Le jour jaugeait les rêves
de celle qui me fut mère
trop tôt partie parmi
les grillons à nos côtés
le fleuve est double
qui marche en nous
dans ce qui parle
avec les plus petites branches
de la forêt
dans ce qui gémit telle une bûche
au centre du cercle
dans ce qui porte
les chants de la terre


Tout serait dit à contre-vent
les sarments les épines
du miroir creux des limbes
aux visages de l'âme
depuis la berge
et ses bracelets lents
défaits à mesure
mis à flotter
sur le dessin de ton oreille
fleur rose fleur de sang
château de la nue

 

Daniel Martinez

23:16 Publié dans Variations | Lien permanent | Commentaires (0)

17/06/2019

Ode à l'été

Quand l'ombre devient blanche
et que les mots qui l'accompagnent prennent forme de voix
il reste aux eaux de l'aurore à se disperser
sur le pas de ta porte le moindre don des choses
brille dans l'espace essentiel


Et la main qui se tend
et les doigts qui se meuvent recueillent
les rayons les font avancer au centre de l'été
les branches sans compter s'arrondissent
elles posent sur la blessure le doigt de la chimère
les heures ne comptent plus lorsque le temps s'écarte
et nous laisse passer          Un enfant t'appelait


Est-ce toi que je vois
là où fume le sentier rédimé
cette fiction de soi quand ton corps
n'aurait pas plus de poids que les brindilles de tamaris
à tes pieds ramassés au sein d'un immense hasard
qui est aussi immense finalité


Tu te racontes un songe et ne savais alors

combien le monde est vil et les étoiles lentes
à paraître au sein de l'infini
les pierres prennent la pose
elles grattent le sol syllabe après syllabe
le désir de dire ainsi se projetait
et chaque brin de vie mourait en solitude


Ce fut là ta métamorphose
sur la grève sablonneuse de la cour
des grenadiers tout de bois fibreux
offraient au visiteur leurs fruits
ouverts d'eux-mêmes
çà et là les torsions invisibles
qui malmènent continûment ton âme

Daniel Martinez

09:38 Publié dans Variations | Lien permanent | Commentaires (0)

16/02/2019

La soie des rêves

PAVILLON II BLOG.jpg


D'ombres en reflets un immobile mouvement
boit la lumière et donne voix au poème qui chemine
pour rejoindre en soi l'incandescent
pas une seule roche qui trahisse cette paix
l'entre-deux ciel a le goût d'un geste ici-bas esquissé


On voit sur le pont de pierre se défaire
une silhouette qui n'est pas la tienne mais y ressemble
comme les branches nues du saule plongent
jusques au fond des yeux la moitié d'elles-mêmes
et toi toujours là pareillement démuni
le corps en écho dans ce qu'il a créé


DM

19:40 Publié dans Variations | Lien permanent | Commentaires (0)