241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/06/2017

"De la culture en Amérique", de Frédéric Martel, éditions Gallimard

Un titre inspiré d'Alexis de Tocqueville, mais foin des idées reçues, Michel Guerrin et Emmanuel de Roux nous parlent aujourd'hui d'un sujet mal connu en Europe. Philippe Martel, auteur de le Rose et le Noir aime balayer les idées reçues : dans une fédération d’États où il n'existe pas de Ministère de la Culture, l'argent public dédié à la culture pourrait passer comme une ingérence dans le domaine. L’État n'a-t-il pourtant rien à faire ni à dire ? : la réponse, dans les lignes qui suivent :

Quel est le montant de l'argent public investi dans la culture ? L'addition est complexe. Entre 26 et 50 milliards de dollars par an, estime Frédéric Martel, qui ajoute : "Par habitant, le budget culturel public aux États-Unis est égal voire supérieur à celui de la France." Sacrée surprise. D'autant que, côté argent privé, les États-Unis sont imbattables. Avec d'abord une culture du don individuel : 13,5 milliards de dollars chaque année - grosso modo quatre fois le budget du Ministère de la Culture en France. Il faut ajouter à ce chiffre les quelques milliards de dollars distillés par les grandes fondations, dont Frédéric Martel raconte l'esprit et l'ampleur à travers la figure de quelques grands industriels devenus philanthropes : Carnegie, Rockefeller, Ford...

Il ne faut pas non plus oublier les 4 000 universités dont l'action culturelle est largement méconnue. Or cette présence est centrale : elle forme les futurs acteurs de la vie culturelle américaine, mais aussi les publics de demain. Ce sont également des pôles multiculturels qui irriguent des régions entières. Car il y a 700 musées dans les universités, 2 300 Performing Art Centers, 110 maisons d'éditions, 3 500 bibliothèques dont 65 possèdent  plus de 2,5 millions de volumes. Enfin les universités sont le premier employeur des deux millions d'artistes recensés par le ministère du travail aux États-Unis.

On sort du livre avec la conviction qu'aucun autre pays au monde ne fait autant pour la culture. Voilà le meilleur, dit F. Martel, qui pointe également "le pire". Car ce système singulier laisse aussi le champ libre aux attaques les plus violentes contre la culture, et peut conduire à l'éviction brutale de décideurs culturels, ou à des coupes claires dans des crédits. Frédéric Martel décrit longuement l'épisode des Culture Wars sous Reagan, dans les années 1980, qui ont vu se multiplier les actes de censure contre des artistes.

Le poids dominant de la société civile peut induire, aussi, la mise à l'écart des créations les plus difficiles. La marchandisation des opéras ou des musées n'est pas non plus sans effet sur les œuvres. L'argent des "riches" peut déboucher sur "un art pour les riches" ; c'est ainsi que le théâtre, jugé souvent trop subversif, est le grand délaissé du système. "Sans doute le modèle américain n'est-il pas exportable, conclut Frédéric Martel. mais son extraordinaire souplesse lui donne un gros avantage dans le monde actuel en pleine mutation. En tout cas, il faut cesser de le sous-estimer." Son livre est une réussite.

 

                                                Michel Guerrin et Emmanuel de Roux

22:21 Publié dans Auteurs | Lien permanent | Commentaires (0)

06/06/2017

"Book of blues", de Jack Kerouac, éditions Denoël

Le poète de la 3e rue et d'ailleurs, Jack Kerouac

Il est d'heureuses coïncidences. Ici, celle qui m'offre de dire quelques mots à propos de Jack Kerouac - dont Book of blues a été édité par Denoël : un grand poète américain, comme Cummings.
Événement attendu : car on ne pouvait lire avant la parution de ce livre que Mexico City Blues. Voilà qui est réparé ! Reste à dire, avec le traducteur et quelques autres, que c'est là un événement poétique. On commence donc à reconnaître l'injustice qui frappait l’œuvre de Kerouac, limitée à Sur la route et à l'événement sociologique qu'il nourrissait - ce dont il a souffert amèrement. La légende de Duluoz, ce vaste projet, existe, avec ses chefs-d’œuvre et sa cohérence. L'auteur des Souterrains, de Docteur Sax, de Big Sur ou du Vagabond solitaire - ne pouvant en citer qu'un seul - avait déjà prouvé qu'il était un des plus grands prosateurs américains. Qu'il fut un grand poète, Mexico City Blues aurait pu y suffire, Vieil Ange de Minuit nous le confirmait définitivement - livre qui me fit le découvrir, tenu éloigné jusque là par sa "légende sociale" - et ce Book of Blues nous est enfin offert.

On a tenté, depuis, de lui rendre justice en soulignant son immense culture, mais surtout, cet écrivain obsédé par Proust, Joyce, le Shakespeare des tragédies et celui des Sonnets, par Dante, les textes sacrés..., allait inventer à son tour des formes nouvelles propres à matérialiser son dessein. La poésie qui nous intéresse ici est nourrie de ses inlassables inventions dans l'art de la prose, là s'y ajoutent les innombrables inventions prosodiques. Impressionnantes inventions rythmiques et sémantiques, d'autant plus que ces poèmes sont écrits dans le même flot - la fameuse spontanéité -, celles d'un homme qui a travaillé la langue ici en vue de poèmes (syllabes et lignes) avec l'obsession rare de lui faire rendre un son et un sens propres à son seul poète, à sa légende, légende personnelle et collective. Bien sûr il pouvait en appeler aux poèmes d'Emily Dickinson, T.S. Eliot, à l'innocence de Blake... - lui qui savait tout de la poésie surréaliste, lettriste, d'Ezra Pound ou des amis américains - mais il forgea son matériau inédit.

Improvisations de génie comme celles de ces grands ténors quand ils ont l'anche et l'acier en bouche et qu'il vénérait. Il ne suffit pas de souffler dans l'instrument ou de laisser les doigts courir sur le clavier d'une machine, intégrant même les lassitudes : le créateur est celui qui invente un nouveau langage - souffle - aux sens multipliés, au prix de ses angoisses et de ses certitudes, et qui poursuit sa légende, par tout ce qu'il a vu. Villes, mers, arbres, plaine, montagnes, fleuves, hommes, dessinant le cadre de la vie d'un homme, de son époque, passée au filtre de son génie poétique, afin de les y intégrer.

                                                                                      Philippe Blanchon

PS: suite à plusieurs demandes sur la meilleure biographie  de l'auteur de Mexico City Blues, c'est pour moi sans conteste celle parue aux éditions Verticales (1000 pages), intitulée Memory Babe. Cette bio est enrichie de quelque trois cents témoignages, où surgit la figure d'une femme possessive : sa mère . DM

22:24 Publié dans Auteurs | Lien permanent | Commentaires (0)

Une interview de Henri Thomas (1912-1993), opus 1

"Le Migrateur" fut l'un des livres de Henri Thomas dont Jean-Claude Pirotte ne s'est jamais séparé ; les lecteurs de Diérèse ont pu lire d'autre part les lettres qu'il échangea jusqu'à ses derniers jours avec le poète Gérard Le Gouic, présent dans le dernier numéro paru, le 63. C'est aujourd'hui René de Ceccatty, qui vous a présenté il y a peu Giacomo Leopardi sur ce blog (note du 23/10), qui interviewe Henri Thomas :

René de Ceccatty : C'est donc votre premier roman, le Cinéma dans la grange (éd. Le Temps qu'il fait) ?

Henri Thomas : Non, le premier était en vers. Mais mon cousin en se penchant par-dessus mon épaule m'avait fait observer qu'il y avait des vers boiteux. J'ai tout fichu en l'air ! Celui-ci a été retrouvé par ma fille. Je n'avais jamais essayé de le publier, je l'avais complètement oublié. Il ressemble à ma copie du concours général de philosophie où j'ai été reçu premier. Le sujet du concours était l'opposition entre la pensée et l'action. Ma conclusion était non...

R.d.C. : Ca ne vous a jamais donné envie d'entreprendre des études de philosophie ? 

H. T. : Regardez ce que je lis en ce moment : Logique formelle et logique transcendentale de Husserl. Je lis ça comme un roman policier : la logique formelle, c'est le vilain. La logique transcendentale, c'est le détective. Elle aura sa peau ! La logique transcendentale réussit à saisir l'esprit des mathématiques. Pas seulement les mathématiques, leur esprit : c'est là que réside la finesse.

R.d.C : Le formalisme vous intéresse d'un point de vue romanesque ?

H. T. : Un roman, ça commence par le bruit d'une porte qui s'ouvre ou qui se ferme. Il ne doit pas y avoir d'exposition. C'est pour Balzac les expositions. Je débute par le geste d'un personnage, un geste qui me surprend. L'important, surtout c'est la scène capitale, le centre invisible qui attire l'esprit quand il s'éloigne. Même dans ce qui n'est pas un roman comme la Joie de cette vie. Le centre, c'est l'hôtel abandonné. Je vivais dans un hôtel qui allait fermer. J'étais le dernier client. L'automne finissait, il y avait une tempête et j'étais seul. Je me disais que je trouverais là des idées qui seraient mon secret. Mais je ne les ai pas trouvées.

R.d.C : Ca donnera peut-être un roman ?

H. T. : Non, ce n'est guère possible. C'était une idée trop bizarre sur l'instant. Le monde se réduit pour nous à un instant, à ce que nous en percevons. Le mot allemand Augenblick me paraît plus expressif : le temps d'un coup d'oeil.

R.d.C : Vos livres sont émouvants précisément par les instants que vous décrivez : une lumière, une rencontre, une parole. Comment amenez-vous ces moments forts ?

H. T. : Je suis obligé pour l'expliquer de remonter à mon adolescence. J'ai eu le sentiment alors qu'il y avait des instants déterminants qui pouvaient donner la clé d'un mystère. Ainsi, j'ai eu la clé d'un sermon. On voulait m'envoyer à la messe et je refusais. Je me suis promené dans une allée boisée merveilleuse qui montait dans les montagnes. Les feuilles d'or me tenaient compagnie : là, j'ai eu la clé du sermon. Quand je suis revenu, on m'a demandé : "Qu'a raconté le curé ?". Alors, j'ai ressorti tout un boniment sur l'eucharistie...

R.d.C : Comment resurgissent ces réminiscences qui nourrissent votre oeuvre avec une très grande exactitude ?

H. T. : Surtout maintenant. Je pense que je suis un enfant de la guerre, de la catastrophe. Mon père est mort en revenant de la guerre 14-18. Notre maison a été brûlée, notre bétail a été tué, nous avons tout perdu. Je suis habitué à ça. Je suis resté avec ma mère qui ne m'a jamais parlé de mon père, pourtant enterré dans le village voisin. Je ne suis jamais allé sur sa tombe. J'ai un seul souvenir de mon père : une image dans un livre. Il m'avait fait venir à son chevet et m'avait montré un livre illustré, l'Ami Fritz, et en particulier une image que je n'oublierai jamais. Une voiture de foin qui penche et que des gens soutiennent de l'épaule. C'est tout ce qui me reste. Je ne me souviens que de lui, me montrant ce livre. Ce n'est pas un hasard qu'il s'agisse d'une image dans un livre.

R.d.C : Vous avez rapidement refusé les formes institutionnelles, académiques, de la culture. Vous avez arrêté vos études.

H. T. : J'étais admissible au concours de l’École Normale supérieure et je n'ai pas passé l'oral. J'avais horreur de cet esprit. Ce n'était pas par horreur de la collectivité ni de la société. J'étais engagé politiquement. J'ai été communiste. Je ne détestais pas les autres.

R.d.C : Vous avez beaucoup écrit sur les autres : des personnalités auxquelles vous rendez hommage ou encore des aventures collectives comme le Collège de pataphysique.

H. T. : Mes personnages sont à demi imaginaires. Je les fait exister pour moi. Par exemple, dans la Vie ensemble (1945, repris dans "Folio" n°1493), j'ai créé tous les personnages même si je les ai bien connus dans la vie. Dans Ai-je une patrie ?, je suis parti du souvenir d'un amour que j'ai eu à l'âge de douze ans. Ma mère bien plus tard m'a dit : "Ginette, je crois qu'elle a mal tourné." J'ai brodé sur ce mot, sur cette idée d'une vie malheureuse. Quand le livre a paru, l'an dernier, j'ai reçu une lettre de cette fille. Soixante ans après ! Elle avait lu mon roman. Elle m'a reproché de ne pas avoir écrit ce qui s'était réellement passé. En fait, je n'étais pas parti d'un souvenir qui m'était propre mais de celui d'une phrase de ma mère. Je me suis laissé aller...

R.d.C : Vos romans sont parsemés de petits miracles...

H. T. : Sauf la Nuit de Londres (1956, repris dans l'Imaginaire n°4) qui est écrit à partir de plusieurs nuits fondues en une seule. Je mets ce roman à part. Je l'ai rédigé en Savoie, dans une vieille maison qu'on appelait "le château". Elle avait un toit comme une tente. Je travaillais sur un pétrin. J'entendais distinctement une araignée qui venait me voir, traîner ses pattes sur le mur. Elle me regardait et repartait. Elle a dû avoir une influence très mystérieuse sur mon livre. Il est vrai que je ne l'ai pas commencé là mais à Londres au premier étage d'un autobus. Dans ce livre, il y a une image centrale : une feuille morte de marronnier embrochée sur une grille. Il me semble qu'elle était là pour moi.

R.d.C : Vous cherchez à définir une sorte de logique de l'organisation de la nature autour de vous. Comme si tout avait un sens.

H. T. : Sans logique, la littérature n'est rien. Par exemple, dans le Promontoire (1961, prix Fémina), je me trouvais en Corse. Il y avait une saison extraordinaire, douze jours de neige sur les plages. Les vaches cherchaient de l'eau et de l'herbe avec leur museau. Cette vision a été déterminante : j'ai vu mon malheureux personnage à ma place. Moi, je traduisais Nietzsche à l'époque. Lui, des prospectus de pharmacie. C'est un peu la même chose...

R.d.C : Comment expliquez-vous que votre premier succès littéraire ait été votre "roman américain", John Perkins ?

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

                                                            à suivre

22:24 Publié dans Auteurs | Lien permanent | Commentaires (0)