241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/05/2017

Gérard Garouste, au regard de son exposition : "Walpurgisnachtsraum" (Songe d’une nuit de Walpurgis), septembre-octobre 2011

Né en 1946, Gérard Garouste vit et travaille en Normandie et à Paris. Un des artistes français les plus populaires de sa génération, il occupe une place singulière dans le paysage artistique international. Dès les années 1970, il fait le choix audacieux d’assumer une peinture figurative, classique, à une époque plutôt tournée vers des formes d’expression dites « conceptuelles ». Il explique : « Plus j’applique une forme simple, basique, comme quelqu’un qui saurait jouer du violon, plus je vais pouvoir commencer à inventer de la musique ». Gérard Garouste se nourrit ainsi des maîtres et textes anciens afin de revisiter les mythes européens. En cela, il est « peut-être le plus moderne de tous », dit de lui Michel Onfray.

Représenté dans les années 80 par le grand marchand américain Léo Castelli, il a exposé dans le monde entier (Etats-Unis, Japon, Allemagne, Amérique latine, Italie) a figuré dans de grandes collections publiques, dont celle du Musée national d’art moderne – Centre Georges Pompidou –, du Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, et du Museum Ludwig de Vienne. En 2009 la villa Médicis à Rome lui a consacré une grande rétrospective, « Le Classique et l’Indien ».

Trois ans après sa dernière exposition « La Bourgogne, la famille et l’eau tiède », Gérard Garouste a présenté à la galerie Daniel Templon un nouvel ensemble d’œuvres inspirées par le célèbre Faust de Goethe. Depuis longtemps concerné par l’empreinte du christianisme sur notre culture, Gérard Garouste a choisi d’explorer le mythe de Faust tel que Goethe le présente en 1808, celui d’un homme qui dispute son destin au Diable et à Dieu. Huiles sur toile, gouaches et bronzes interrogent les grands thèmes de la tragédie : la quête de la connaissance, le désir de jouissance, la nature du Mal, la question du « pari » et du « pacte » avec les puissances maléfiques et alchimiques, l’accomplissement individuel.

Dès les années 80, Gérard Garouste s’est intéressé aux écrits fondateurs de la culture occidentale. Après La Divine Comédie de Dante, le Don Quichotte de Cervantès ou le Gargantua de Rabelais, il s’est penché sur les textes sacrés, notamment la Bible. Avec Faust, Gérard Garouste renoue avec son goût pour la littérature, tout en poursuivant son questionnement, avant tout politique, sur le christianisme et le judaïsme. La peinture baroque de Gérard Garouste, tour à tour inquiétante et joyeuse, se peuple de variations sur les différents protagonistes – Faust, Méphistophélès, Marguerite, les sorcières – et d’un bestiaire fantastique – singes et guenon, bouc émissaire, cochon destrier.

Comme dans ses expositions précédentes, le peintre a emprunté le visage de proches pour incarner les différents personnages. On reconnaît également de nombreux autoportraits, en métamorphose permanente entre Méphisto et Faust, qui rappellent sa récente autobiographie. En 2009, dans L’Intranquille : Autoportrait d’un fils, d’un peintre, d’un fou, l’artiste dévoilait ses conflits avec un père antisémite et sa lutte contre la folie.

On retrouve dans « Walpurgisnachtsraum » (septembre-octobre 2011) son grand thème du « Classique et de l’Indien » : à la maîtrise par l’artiste des règles de la peinture classique répond une totale liberté picturale, la folie et les intuitions de « l’Indien ».

Dans « Walpurgisnachtsraum », une place de choix est accordée à la pratique sculpturale de Gérard Garouste, qui a repris le chemin des ateliers de fonderie délaissés depuis les années 1990. En 2010, la commande monumentale qu’il réalise pour la rénovation de l’hôtel particulier du 23 de l’Université (Paris) a redonné à l’artiste le désir de la sculpture, qui se concrétise dans ses sculptures en bronze, entre abstraction et figuration.

___________

* Cette note est dédiée à Pascale Flavigny, fidèle lectrice de la newsletter.

23:40 Publié dans Arts | Lien permanent | Commentaires (0)

"Grand bal du printemps", de Jacques Prévert

PREVERT 7.jpg

A l'occasion de la sortie du Grand Bal du printemps - chez La Guilde du livre (Lausanne, 1951) -,  Jacques Prévert dédicaça à son éditeur, René Bertelé, ce collage, réalisé sur fond photographique. Une tête couronnée en galante compagnie : et, sur la robe à traîne de la seconde, un nourrisson à tête d'animal ! Un printemps pour le moins orageux. DM

10:11 Publié dans Arts, Auteurs | Lien permanent | Commentaires (0)

29/05/2017

Les quatre stades de la pensée

BLOG V.jpg

1- L'équation du passant pensant repose sur le Mythe du Phénix, dont le bec vient chatouiller à petit feu, sous la calotte crânienne, les méninges en veilleuse. Tête nue, il observe, silencieux ; en quête du moment propice . De la moelle des jours, il vise un point particulier : fusion virtuelle de l'Alpha et de l'Oméga.
2- Puis, la tête de profil : entre virginité et amusement, le stade des Murmures administre et recense. La pensée en gésine offre alors l'illusion d'un musée de la souffrance.
3- Sous l'arbre de Van Gogh vient la pluie des étoiles frapper le troisième gong. Et les feuilles volent leurs nuances aux mélèzes médusés.
4- La quatrième marche est l'ultime : le visage s'enfonce dans le col du pardessus, là même où des mouchoirs brodés agitent les idées dans le cornet à dés neuronal, sans fin, sans fin. DM