241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/05/2017

De la maladresse !

Cette réponse de Philippe Jaccottet m'amuse un peu car comment nier que la bonne poésie déborde toujours le langage qui ne suffira jamais à la circonscrire. C'est là même où le courant dit "objectiviste" a échoué, car le réel ne présente d'intérêt que lorsqu'il est redimensionné. Pourquoi ?, simplement parce que la poésie est un art et non la copie fidèle de l'existant : lorsque Bonnard peint le Grand nu bleu par exemple, une troisième jambe apparaît au premier plan, attachée à rien, et qui ne pourrait appartenir qu'à celui ou celle qui regarderait la jeune femme s'essuyant avant de la peindre. Il y a aussi le chien-coussin-étoffe brun rouille de La Veillée et encore le fantôme bleu azur d'un dossier de chaise absolument illogique dans le coin gauche du Café. Bonnard, comme tout bon poète, semble par là céder à une sorte de vertige mal explicable et, y cédant, entraîne le spectateur/ le lecteur avec lui.
L'explication matérialiste de notre auteur de La Pléiade est étonnamment pauvre, car le Beau est non seulement indémontrable mais encore les seuls stimuli ne suffisent à l'expliquer par la négative. Bien plutôt, il passe par un vecteur, le scripteur, qui délivre le message sans en être le maître, simplement l'exécutant. Sans cet intermédiaire obligé, la poésie n'existerait pas. C'est dire la dimension d'abord humaine du poème, transfigurée par le génie de quelques-uns - entendons-nous bien, ils ne sont pas légion. Pour illustrer mon propos, relisez je vous prie "Aube", de Rimbaud, l'un des plus grands moments de poésie que je connaisse : "Je ris au wasserfall blond qui s’échevela à travers les sapins : à la cime argentée je reconnus la déesse."... DM

De la poésie, Philippe Jaccottet, éditions Arléa, 2005

La poésie déborde-t-elle le langage ? C'est la question posée à Philippe Jaccottet, dans un entretien accordé à Reynald André Chaland, publié in extenso in De la poésie, éditions Arléa, 2005. Voici quelle a été sa réponse :

"C'est le mystère du rapport entre les mots et les choses, enfin ce que Paulhan a probablement beaucoup cherché à sonder ; et moi, je n'ai peut-être pas les capacités intellectuelles suffisantes pour le suivre dans ses recherches, le goût, le temps... Si l'on est créateur, on doit pouvoir se contenter de ce qu'on est capable au moins de faire bien ; c'est presque le problème de l'âme et du corps... Parce que, effectivement, un poème, ce n'est que des mots. En apparence, il n'y a aucune différence entre un poème où il y a quelque chose à l'intérieur et un autre... là, c'est vraiment mystérieux. En ce moment, je mets de l'ordre... Je ne sais plus où mettre les mauvaises plaquettes que j'ai reçues depuis trente ans. Qu'est ce qui fait que dans les unes il y a quelque chose et dans les autres rien ? Qu'est-ce qui fait que pour une certaine littérature, on a envie de dire, ce ne sont que des mots, et une autre pas ? C'est difficile...

Tout ce que j'ai réussi à dire là-dessus, et qui est vraiment peu de choses, tient à cette espèce de sentiment, d'intuition, d'expérience, qu'il y a des moments plus vrais que d'autres. Cela paraît bizarre à dire, et en même temps c'est presque aussi fort et indubitable comme impression que lorsqu'on se fait mal : on ne peut pas nier que quand on a mal on a mal, ou alors on rend impossible toute conversation si l'on commence à se nier ; de même que si l'on est blessé on est blessé, ou que cette table est ronde et non pas carrée. Il me semble presque avec la même évidence qu'il y a des mots qui manquent, ou des mots derrière lesquels on ne sent pas le poids de l'expérience, et des assemblages de mots, plus complexement liés, où c'est la même chose.

Je crois que toute la lecture de la littérature du commencement à la fin donnerait cette expérience. Quant à en donner une explication... peut-être qu'elle existe pour certains... On sait, mais c'est difficile..."

                                                                Philippe Jaccottet

18:18 Publié dans Auteurs | Lien permanent | Commentaires (0)

Un grand poème

Qu'est-ce qui fait un grand poème ?, me demande-t-on. Relisez donc par exemple cette "Ecoute au coquillage", la dérive de la fleur tropicale à la fleur du bal : femme-fleur d'Odilon Redon, dans une renaissance qui flirte avec ce qui n'a pas de nom et que déploie l'éventail de nos émotions : "je t'ai nommée Aube en tremblant".
Dans un perpétuel clivage, assumé, entre l'insolite et le familier, le mystère de la fable ou la fable du mystère, "tirant l'épingle de ce qu'on ne verra qu'une fois", formule qui pourrait bien résumer si c'était possible l'esprit de ce poème où les affluents des vers, qui engendrent de nouveaux développements, reviennent ensuite sur ce qui aurait pu les séparer, au fil des vers. Pour redonner au corps du poème une unité implicite, brodant inconsciemment sur la formule rilkéenne : "Patience est tout" (Lettres à un jeune poète).
Quand tout l'art de Breton se nourrit d'une impatience justement, paradoxe porteur, qui patiemment reconstruit, tel que le ferait un bon analyste, ce qui eût pu s'effilocher, sans la main maîtresse du poète. C'est bien à un exercice d'admiration qu'il se livre là, mais sans rien de convenu... avec comme point de chute cet étonnant "rouge minium à pieds bleus." La mer, sans autre mémoire que celle que nous lui prêtons.  DM