241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/02/2019

Un pavillon

PAVILLON BLOG.jpg


Un lion de pierre gueule ouverte mire le visiteur
les piliers du pavillon ont gardé trace du vent de neige
et sous des pétales de métal vert poudrés d'or
lévitent l'esprit du lieu l'essence particulière de l'instant
la ténuité des tissus qui nous composent


Aux jointures du jour une poignée d'astres
infiltrent des pendeloques de givre
ne demeure fermée que la grille d'entrée
à deux pas d'une fontaine restée muette
l'air afflue qui se mêle à la vie au jour immense


DM

10:09 Publié dans Variations | Lien permanent | Commentaires (0)

Une (autre) page de mon dernier livre pauvre

Si froides les feuilles
contre tes joues
des visages
raturés
montent
lacis de vibrations
graphiées
ou
sismographiées
elles faufilent
l'indocile essaim
dans la clarté
du jour
intérieur
une source
lactée
sous les paupières
à l'impériale splendeur
le "Portrait de Rose-Adélaïde"*
paru dessous
l'alphabet incohérent
du monde
Seurat
aux trousses
des voleurs d'utopie
ses yeux te
fixent

où l'éther
inscrit son filet
arachnéen
rumeur ruisselante
de ces instants
comme poussière
au soleil


DM


* Le fameux "Portrait de Rose-Adélaïde" est visible au Musée d'Orsay, peint par Degas en 1868 ou 1870 (27 x 22 cm). L'un des plus beaux portraits de la Peinture que je connaisse : la carnation de ce visage, la limpidité de son regard, la distribution des brillants de l'épiderme, tout en fait une œuvre exceptionnelle, que j'ai voulu ici célébrer à ma manière.

09:32 Publié dans Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)

14/02/2019

L'hiver dans un parc à Shahe (Chine, province de Heibei)

GLOBE BLOG.jpg

Le globe rouge d'une lanterne deviné entre les ramures du saule
garde jalousement sa couleur devant un bassin
que caresse une poussière de neige et dont l'eau gelée
laisse échapper
de petites pousses de lotus
avec le pouls alterné du ciel ici projeté

Juché sur le tertre un pavillon contemple
ce que dame Nature laisse transparaître
pas âme qui vive mais le cœur du monde en transparence
réhabitue la vue à la lenteur
et met ses pas dans les tiens

DM

07:09 Publié dans Variations | Lien permanent | Commentaires (0)