241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/11/2017

Dans la rubrique "Récits", in Diérèse 72

Bonjour à toutes et à tous. Me revoici après quelques jours au calme, passés à me ressourcer avant la reprise du chantier diérésien, où le travail ne manque pas... Commençons si vous le voulez bien, pour annoncer le numéro 72, avec les proses de ce volume à venir. Six noms d'auteurs ont été retenus dans la rubrique "Récits". Lionel Bourg, pour commencer :

 

C’est là que j’ai vécu

1

Rien.

Une saute de vent, peut-être.

L’air à peine que la brise froisse ou, dans les arbres en bordure de chaussée ― tilleuls, platanes ―, la respiration lente des feuilles lorsque le soir suspend négligemment les lambeaux de son châle aux volets refermés de la nuit.

Des gouttes de pluie, fines, légères, comme timides encore.

Des passants que l’on croise et, c’est quoi ce truc ? l’odeur de chloroforme des fleurs dans une boutique où l’on ne sait quel bouquet choisir ― des roses, bien sûr, à moins que ces œillets, ces petites violettes… ―, regarde, s’attarde, s’apprête à rebrousser chemin, remerciant la vendeuse à laquelle on sourit tandis que, dehors, des mômes bondissent de flaque en flaque afin de mieux éclabousser les paroissiens auxquels un étrange destin paraît avoir cousu les paupières...


Lionel Bourg


A bientôt, amitiés partagées.

26/11/2020

Dans la rubrique "Poèmes", in Diérèse 72

Nous commencerons par Alain Duault avec tout ce qu'il écrit de beau du désir, essentiel à la vie ; qui nous éloigne, poètes, des jeteurs de sorts et d'anathèmes, quand notre esprit et notre cœur nous relient aux forces et aux mouvements qui font aller le carrousel de ce monde, hors ses maux profanes  :

 

Camélias fanés

... Ce bruit doux et craquant du satin sous les doigts
Sous les nerfs ou cette mélodie enfouie ce désir
De faner cette fleur entre les seins une arrogance
Une craie sur la peau un vent singulier qui souffle

Dans une rue de hasard quand on vit ces dernières
Saisons nous avons beaucoup dansé mais on sait qu’
Il est temps de voir arriver les voleurs de l’été qu’il
Ne faut pas manquer la beauté des jours qui passent

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 

 

Alain Duault