241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/02/2017

Patrice Dimpre sera présent in Diérèse 70

La défenestration des fleurs

 
Cette page, elle est encore à écrire.
C'est très excitant.
Et ces phrases à l'existence incertaine, c'est très excitant.
Je prévois pour elles une histoire sombre à faire peur.
Je ne crois pas que vous la comprendrez.
Ça n'a pas d'importance.
C'est très excitant.

 

* * *

Il y a des choses importantes, et d’autres non.
Prenez la bouée de sauvetage par exemple.
Quel intérêt ?
À part pour le noyé, bien entendu.
Et le chapeau, prenez le chapeau.
On le met sur la tête, et on n’en parle plus.
La tête, c’est autre chose.
La tête est une pièce essentielle de mon système.
Pauvre petite.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

                                                                      Patrice Dimpre

15/02/2017

Jeanpyer Poëls sera présent in Diérèse 70

UNE PALETTE

Calmement elle se saisit d’une palette
Ocellée avec des couleurs en liberté
Réjouie de la retourner non de l’obscur
Immédiatement plié déplié soufflé
N’appelle aucune blancheur à l’aide et s’étonne
Au cœur de la bigarrure d’un papier pelure


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


                                                                     Jeanpyer Poëls

14/02/2017

Gérard le Gouic sera présent in Diérèse 70

Après la lecture de Au Manoir des champs qu’il m’avait commandé et payé de ses deniers en vue de la rédaction d’un article pour un journal, Benoît L, fait allusion à mon indignation qu’un chanteur et meurtrier soit applaudi au festival des "Vieilles Charrues", en soit la vedette. "Alors, vous auriez refusé d’applaudir Villon ?", m’écrit-il.
La comparaison est bien de notre époque, descendre Villon au niveau d’un Cantat.
Villon fut un mauvais garçon, un bagarreur qui tua un prêtre dans une rixe, mais il ne tabassa jamais à mort une femme.....................................................................

                                                                      Gérard le Gouic