241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2015

Jean-Paul Bota sera présent in Diérèse 67

Au fil de l'eau, alors que le numéro 66 est à l'atelier...

Nantes

 

Quai de la Fosse peu décidé le ciel entre soleil dé affadi de braises, une pièce usée le soleil et la cendre des pluies, des heures déjà le grain l’éclaircie tandis que je vais laissant dans mon dos la médiathèque, les remugles d’un compresseur là, halte au Feeling peut-être ou Frégate, la Capitainerie ou…, ces bars qui se succèdent le long du quai… pour un bock que j’assèche le temps encore d’une averse à l’égal d’un J. Josse, son Retour à Nantes, repartant maintenant longeant le Mémorial de l’esclavage (Face, à quelques temps de là), à filer vers l’accès, ce souterrain que j’emprunte textes liés à l’abolition Sedar Senghor Elégie pour Martin Luther King ou Césaire Cahiers d’un retour au pays natal, qui me reviennent Tamango ou Coke en stoke… quai de la Fosse, ici d’où fut signé l’Edit de Nantes, Maison des Tourelles (ou est-ce le Château ?), je regarde, peuplé de mécanique, cet éléphant là-bas aux Machines de l’île, accoté au Carrousel, ô Jules Verne et l’écho d’il, natif de N., les grues Titan, ainsi de leur nom en référence à leur puissance de levage...

                                                                                                 Jean-Paul Bota

21:34 Publié dans Diérèse | Lien permanent | Commentaires (0)

27/11/2015

Le Guépard saharien

        Là-bas, cracheur de soleils
        il guette entre les dunes
        au coeur du Grand Sablier
        non la clé du ciel
        mais ce que la dernière nuit
        aura laissé d'apparent
        en emportant tour à tour
        on ne sait trop où
        les herpes du temps qui passe
        dont Guépard il perçoit
        les lignes mouvantes ou pétrifiées
        sur le verre peint d'un massif
        plus roux que son pelage
        où frétille la courte crinière
        qui lui couvre la nuque, l'épaule
        une robe rêche tachée de gris
        - fixant sa proie, sans crier gare
        l'arc déployé d'un corps svelte
        frappera d'un coup
        la gazelle Dorcas
        dans le vide absolu
        de l'Ancien Monde.

                          Daniel Martinez
                                         
28.11.15

10:51 Publié dans Bestiaire | Lien permanent | Commentaires (0)

25/11/2015

La Bibliothèque nationale de France

Avec trois millions de documents consultables en ligne, Gallica, la bibliothèque numérique de la BNF, vient de s'offrir un lifting, dix-huit ans après son ouverture.
Celle-ci se veut plus simple d'utilisation et plus agréable visuellement :
gallica.bnf.fr