241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/08/2016

A flanc de roche : les Cinq Terres, en Italie

Pour vous aider à supporter la canicule : un détour par les Cinque Terre (Cinq terres), qui sont respectivement les cinq villages Corneglia, Manarola, Riomaggiore, Monterosso et Corneglia. Cette région n’est pas accessible en voiture ; située sur la Riviera di Levante, on ne peut l'atteindre que par train. [Avec mes pensées émues pour le séisme qui a frappé ce pays, en Ombrie...] Amitiés partagées, Daniel Martinez

Cinque terre blog.jpg

 

23/08/2016

Le pont piéton en verre de Zhangjiajie

PONT BLOG.jpg

 

Le pont piéton en verre le plus long et haut du monde a ouvert au public samedi 20 août dans les spectaculaires montagnes de Zhangjiajie (centre de la Chine).

04/08/2016

A visiter cet été : la grotte préhistorique de Thaïs

Vous avez tous entendu parler de la grotte Chauvet, située sur la commune de Vallon-Pont-d'Arc en Ardèche, découverte en 1994 ; mais de celle de Thaïs, connue de tous temps par les habitants du village de Saint-Nazaire-en-Royans (à la limite des départements de la Drôme et de l'Isère, sur la nationale 532) ? Ce n'est qu'à la fin du 19e siècle que les galeries ont été reconnues mais vraiment qu'à partir des années 50 que les spécialistes se sont intéressés à ce site et l'ont exploré. Et seulement depuis 1970 que la grotte est ouverte au public, après avoir été aménagée.

Il y a 15 000 ans, la végétation de la région était celle d'une steppe froide où poussaient seulement quelques bouleaux et pins (un peu comme le Nord canadien actuel). L'homme chassait le bison, la marmotte, l'élan, le loup, le mammouth, la perdrix des neiges, mais surtout le cheval et le renne (pour sa viande et ses bois). Chasseur mais aussi nomade, l'Homosapiens (civilisation apparue il y a 35 000 ans) venait se réfugier l'hiver à l'entrée de la grotte de Thaïs (ou Tai) pour se protéger du climat rigoureux d'alors. Il y installait des tentes en peaux de bêtes pour s'isoler du froid. Pour se chauffer, il entretenait un feu où il brûlait bois, os et déchets de nourriture. Il utilisait, pour s'éclairer, une lampe faite d'un galet creusé rempli de graisse où trempait une mêche. 

Avec le réchauffement du climat, l'homme quitta alors le site ; une période que l'on situe vers 9000 à 8000 avant J-C. La grotte de Thaïs est classée parmi les grottes les plus colorées de France. Lors de sa progression, le visiteur à l'impression d'avancer dans un immense gruyère souterrain tant la roche est découpée, torturée, déchiquetée, formant d'étranges arabesques qu'accentue la lumière. Un monde fantastique, à température constante (13°), rempli de concrétions (stalactites, stalagmites, draperies...) qui tapissent les parois et les plafonds.

D'étonnants reliefs d'un rouge sang, couleur provenant de la terre rouge de surface composée de silice caolin et d'oxyde de fer. Un univers souterrain créé au cours des millénaires par l'action chimique de l'eau (corrosion) qui, après avoir traversé le massif karstique du Vercors, parcourt les innombrables failles de la montagne.

Le secteur exondé de la grotte est très étendu (4 200 mètres) mais on n'en parcourt que quelque 600 mètres, avant d'arriver à la rivière souterraine, un des mystères hydrologiques du Vercors, dont le débit varie de 200 à 12 000 litres/seconde suivant les saisons. Depuis plus de 20 ans, nombre d'expéditions ont été conduites afin d'explorer cette partie immergée de la grotte de Thaïs. Après avoir passé six siphons, avancé de plusieurs galeries, un plongeur a atteint, en avril 1997, la profondeur impressionnante de moins 93 mètres. Ce qui classe Thaïs au tout premier rang mondial pour l'importance de sa zone noyée. Les spéléologues tentent toujours de percer le secret de ces eaux limpides...

Dernier intérêt, et non des moindres de la grotte, son exposition sur la vie animale cavernicole. Vous apprendrez la différence entre la faune troglocène (vivant habituellement dehors mais venant chercher dans les grottes protection et humidité - comme les chauves-souris, les renards... et l'homme -), la faune troglophile (qui pourrait vivre à l'extérieur mais qui trouve dans les grottes des conditions de nourriture favorables) et la faune troglobie (qui évolue dans un monde souterrain profond et s'est adaptée au fil des temps géologiques - dépigmentation, dégénérescence ou perte des organes de la vue...-). Des aquariums vous présenteront quelques spécimens de ces espèces rares comme le "dolichopoda palpata", une grande sauterelle blanche des cavernes remarquable par la longueur démesurée de ses antennes, des "xenopus leavi", grenouilles toutes blanches et munies de cinq doigts non-palmés aux pattes avant, ou encore des "astianax", poissons presque transparents...

La grotte de Thaïs est ouverte au public d'avril à fin octobre (8,70 € en tarif adulte). Renseignements au : 04 75 48 45 76.

 

                                                                           Michel Besson