241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/12/2018

Gérard Engelbach participera à Diérèse opus 75

LA DONATRICE


       Comme un vaisseau parfois s’éloigne
       Comme une route caracole
       Par monts et par vaux
       Reviens vers toi, vers toi,
       Puits d’angoisse, puits d’aurore conquérante,
       Rejoins-nous
       Dans l’innombrable danse,
       Femme,
       À chacun d’entre nous
       Tendant - ici, maintenant -
       Sa juste part.


Gérard Engelbach

 

Né en 1930 à Paris, Gérard Engelbach est d’origine alsacienne. Il vit aujourd'hui en banlieue parisienne.

Bibliographie :

Poèmes, Mercure de France, 1967.
L’incendie, Mercure de France, 1971.
Laser, Mercure de France, 1972.
Rue du jeu des enfants, Éditions de l’Athanor, 1977.
Rouges contreforts du temps, Saint Germain Des Prés, 1982
Peupliers dans ma musique, Sud, 1987.
Traverse des vagues, Sud, 1991.
Les lointains, Éditions des Moires, 1996.
Dans un arbre éternel, Vallongues, 1997
Phares et balises, Le Nouvel Athanor, Paris, 2002
Théorbe, avec trois gravures de Mireille Brunet-Jailly, Editions La Balance, Sauveterre-du-Gard,2002
De la signature des choses, Le Nouvel Athanor, Paris, 2004.

 
*

Comme une forêt d'oiseaux gire dans la ciellée, la poésie de Gérard Engelbach caresse au passage, sous le cristal de nos pensées qui saignent, aujourd'hui plus qu'hier, l'autre côté du Temps. Sur la rive belle des roches blondes, elle entrevoit l'origine du monde dont tous nous procédons : donne-nous la soif, donne-nous ton île offerte, dénouée par le vide, quand une odeur de pinède envertige la permission de naître dedans le cercle de Ta voix où mouillent mes esquifs, mes vaisseaux, à la croisée des âges le chant pur de nos corps nus : "Femme, / À chacun d’entre nous..."  Amitiés partagées, Daniel Martinez

10/12/2018

Raymond Bozier participera au numéro 75 de Diérèse

Poète et romancier, avec Bords de mer (Flammarion, 1998), Abattoirs 26 (Pauvert, 1999), des romans publiés principalement chez Fayard, avec notamment sa trilogie (1997-2004) : Lieu-dit, Paysages avant l’oubli tome 1 ; Rocade, Paysages avant l’oubli tome 2 ; Fenêtres sur le monde, Paysages avant l’oubli tome 3, Raymond Bozier offre à Diérèse une série de 15 poèmes inédits extraits de « L’être urbain – Chantier de fouilles », celui qui suit à découvrir en avant-première pour les lecteurs du blog :

 

         Nous sommes ces êtres assis
         qu’un monde inversé
         a soudain jetés par les fenêtres
         et des images bavardes et voraces nous dévorent
         à mesure que nous sombrons dans la nouvelle existence
         fascinés par les couleurs fulgurantes des écrans
         nous tombons sans rien connaître du futur
         ni de la douleur du passé
         perdus entre ciel et terre
         aveuglés par les filaments électriques du jour
         nous allons tel un troupeau d’ombres
         séparés du soleil
         et dispersés par les vents


Raymond Bozier