241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/04/2014

"Pascal ULRICH - Le rêveur lucide"

 [J'ai tenu à laisser la parole à l'éditeur toulousain Robert Roman, qui grâce à cette publication annoncée continue de faire vivre la mémoire de Pascal] :

    Strasbourg, quartier Finkwiller, le 23 février 1964, Pascal Ulrich pousse son premier cri. Le 1er mars 2009, à 45 ans, il saute de la fenêtre de son appartement qui se trouve au 5e étage dans la ville de sa naissance et abrège d’un seul coup cette vie qui le brûlait chaque jour un peu plus. Sur son testament, rédigé le 11 octobre 2007, il avait rajouté en post-scriptum : « De toute manière la mort n’existe pas ! » comme un ultime pied de nez à cette condition humaine qu’il considérait comme une absurdité et à ce piège qui l’emprisonnait depuis sa naissance et dont il réussit finalement à s’extirper.

 

    Dans ses nombreuses lettres, Pascal Ulrich écrivait souvent que la mort n’existait pas mais parlait aussi de suicide. De son suicide, qui interviendrait un jour, quand l’insupportable aurait été atteint. Oui, Pascal écrivait, tous les jours, toutes les nuits et envoyait dans le monde entier des missives chaleureuses, poétiques et toujours décorées. Ses enveloppes, déjà, à elles seules, étaient  des œuvres d’art. Les facteurs de Toulouse, Bruxelles ou Calcutta s’en souviennent encore.

 

    C’est à 16 ans, lors d’une longue fugue avec une femme de cinq ans son ainée qu’il découvrira la poésie. Ce goût, voire cet amour pour les mots, le style, l’inspiration et l’imaginaire ne le quitteront plus. Ainsi, pendant 21 ans, de nombreuses revues publieront ses poèmes. La main peut écrire des phrases mais peut aussi dessiner des formes. De ce fait, Pascal découvrira également le dessin, puis la couleur. Tous les jours, toutes les nuits, il dessinera des formes et des personnages étranges. Avec des feutres, avec de l’encre puis il peindra à la gouache ou à l’acrylique. Ses dessins seront publiés en revues et il participera à plusieurs expositions.

 

    Voilà cinq ans que Pascal Ulrich a préféré le néant à une vie douloureuse, pourtant, pendant ces années d’absence, nous ne l’avons pas oublié ; au contraire, il nous est apparu plus présent que jamais et surtout, il nous manque.

 

    Le livre que j’ai écrit raconte le parcours du Strasbourgeois, de sa naissance à sa disparition, à travers des photos et des témoignages mais surtout ses lettres, ses dessins et ses textes. C’est un ouvrage pour toutes les personnes qui l’ont connu, qui ont été touchées par son hyper-sensibilité, sa grande générosité et qui ont apprécié ses multiples talents de poète, de dessinateur et d’artiste postal mais aussi pour ceux qui désireraient le découvrir aujourd’hui afin que son œuvre ne s’éteigne pas.   

                                                                      Robert Roman, le 24/4/14

 

 

Pascal ULRICH - Le rêveur lucide

Une biographie affective

 par Robert ROMAN

Aux éditions du Contentieux

360 pages en couleurs

Parution prévue à l’automne 2014

 

 

 

[Et puis un poème inédit offert aux lecteurs de ce blog] :

 

     Je suis pieds nus sur le tapis

     et j'ai le cerveau qui est malade

     à force de penser

 

     mon cerveau est sur le tapis

     et je le foule avec mes pieds nus

 

     mes pieds nus sont dans mon cerveau

     et je suis malade comme un tapis

 

     mon tapis est sur mes pieds nus

     et mon cerveau est malade

     à force de fouler la pensée

         

                                     Pascal Ulrich

00:06 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (2)