241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/07/2018

Passcal Ulrich : lettre du 17/21 juin 2005

Pascal venait de faire l'acquisition du livre de Jacques Coly paru aux Deux-Siciles : "Quand les mots ne sont que du sable". A son habitude, il me parle de sa vie et me confie des impressions, voici :

 

ULRICH 49.jpg

ULRICH 50.jpg

Epitaphe

Seul
en
silence
je
suis
le
reste
loin
tombe
s'éteint


17 juin 2005


Salut cher Daniel,


Vrai de vrai comme tout est faux, les mots ne sont que du sable comme certains savent ne pas savoir. C'est aussi simple que compliqué. Pas de doute je suis sûr que je doute sans rien savoir de rien.

* Le bouquin de Jacques Coly je l'emmène avec moi dans le Haut-Rhin.


21 juin


Aux pieds des Vosges et les mots ne sont que du sable. Coly dans l'éclatement décrypte. Il y a donc là de la poésie.


*

Direction la vallée de Munster.


*


Visites de cimetières. Colmar, Tunckheim...

*

Ci-joint de quoi. De quoi ? Tu verras.


*

A la prochaine...

*

Encore tenter.                        Je vole.

Amitiés d'ici.
Pascal

08/06/2018

Correspondance Pascal Ulrich : 27 mars 2001

ULRICH 47.jpg

ULRICH 48.jpg

Correspondance Pascal Ulrich : "La littérature faut vraiment aimer ça !" (15 mai 2007)

Une lettre en "éventail" de Pascal, qui doit donc se lire à l'horizontale. Où il discute (car tout est abordé dans une langue parlée) de ce qui le soucie (l'alcool, la littérature, la mort en filigrane...) après une période "difficile" - ou de ce qui l'interroge (un livre en prévision qui ne verra pas le jour, remettre la main sur sa correspondance avec Gaston Criel). Missive qui précède sa chute malencontreuse dans un escalier et la "sidération nerveuse" qui suivra, le privant de la maîtrise de ses feutres devenus compagnons de fortune pour l'artiste qu'il est demeuré jusqu'au bout, envers et contre tout. Amitiés partagées, DM

ULRICH 41.jpg

ULRICH 42.jpg

ULRICH 43.jpg

ULRICH 44.jpg


Poème pour Daniel

* 15 mai 2007 *

Salut Cher Daniel,

 

ça va, ça va, je me retape. Je lis Norge, Conrad Winter, Paul Nougé etc...
Demain, scanner pour voir si, pour voir si... Écoute Glass "The secret Agent". Dehors, des bruits de travaux. Pause avec l'alcool. Fallait, fallait sinon couic ! Faudra attendre encore un peu...
Pour l'heure café-cigare-mercator made in Belgium.

*

J'écris. Dessine peu. Peut-être besoin d'un support. Sais pas.

*

Au dos souvenir visite de Robert Roman and co à Strasbourg en 1999. Fait sur une nappe en papier.
Tu fais comme et quand tu peux avec notre ouvrage et je sais déjà que tu feras bien. Bon courage, la littérature faut vraiment aimer ça ! Pour ma part, je me pose depuis belle lurette de drôles de questions concernant ce sujet. Bon, mais enfin tout cela est-il vraiment sérieux ?
Je ne le suis pas et toi non plus, alors tout va bien sur la terre plate.

Concernant la correspondance avec Gaston Criel : il n'y en a pas vraiment pas des masses mais je vais jeter un œil dans mes archives car j'ai la manie de conserver les papiers, toutes les sortes encore !

*

Philipp Glass est battu ! Le boucan des travaux joue très fort !

*

Amitiés d'ici.

Pascal