241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/11/2017

Dans la rubrique "Tombeau des poètes", in Diérèse 72

Last but not least, c'est par ce fameux "Tombeau des poètes" que je terminerai les présentations (pardon à ceux que j'aurais par mégarde pu oublier), rubrique qu'Etienne Ruhaud mène à bien depuis déjà plusieurs numéros de Diérèse :

 

 TOMBEAU DES POÈTES VII

... Mauvaise blague, Max Ernst décède à Paris, au 19 rue de Lille, le 1er avril 1976 dans le domicile qu’il occupe depuis 1962 rue de Lille, dans le luxueux VIIème arrondissement. Il aurait eu quatre-vingt-cinq ans le lendemain. La case où reposent ses cendres comporte simplement ses dates de naissance et de mort. Abondante, diverse, sa production est exposée partout dans le monde, et plus particulièrement au Centre Pompidou, mais aussi à Seillans, dans le Var, où il vécut, et où trône Le Génie de la Bastlle, un autre totem en bronze, dominant la montagne En outre, un musée, contenant près de trois cents œuvres, a été ouvert dans sa ville natale de Brülh, en Allemagne, en 2005.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


Etienne Ruhaud

Dans la rubrique "Poèmes", in Diérèse 72

Armand Segura :

 

UNE FEMME ACCORTE

 

Flairant lors de la fenaison l’enchantement

des exhalaisons suaves de l’été,

depuis ma closerie, ta beauté nonpareille

donne de la splendeur aux blés et aux tournesols,

déjà mûris et torréfiés sous la touffeur....


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


Armand Segura

Dans la rubrique "Poèmes", in Diérèse 72

Jeanpyer Poëls :

 

Le coin du scorpion

 

          D’un long pinceau épais

          épaissi du rouge Gauguin

          au bord d’une table-établi

          une goutte tombe sur le sol

          et remue à l’apparition

          de l’aiguillon et des anneaux

          d’un tout petit scorpion

          sorti de son refuge

          pour approcher cette couleur...

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

 

Jeanpyer Poëls