241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/08/2016

"Baudelaire", de Claude Pinchois et Jean Ziegler, éd. Julliard opus 3

Voilà le gouffre baudelairien, dans toute son horreur concrète. De son impuissance à s'en détourner, Baudelaire a tiré son don poétique, ce qu'il appelle une "puissance d'espérance", qui constitue sa seule richesse. Il essaya tout, en vain : le roman, dont il espérait tirer un grand profit financier, comme Balzac ; le théâtre, associé pour lui, selon les auteurs, "à des rêves de gloire, d'argent et d'amour". Il brigua la direction du théâtre de l'Odéon, et même un fauteuil à l'Académie française.

Les Fleurs du Mal paraissent en 1857 : elles font l'objet, comme on sait, d'un rapport hostile de la Sûreté publique. Au procès, le substitut Pinard, qui avait fait contre Flaubert un réquisitoire sévère, prêche la modération : "Soyez indulgents pour Baudelaire qui est une nature inquiète et sans équilibre." Le verdict est clément : Baudelaire doit payer une amende de 300 francs, réduite en appel. Mais il fallut retirer des éditions suivantes certaines pièces – comme les Bijoux et A Celle qui est trop gaie – qui ne furent autorisées qu’en… 1949. La mort d’Aupick, en 1857, marque naturellement un tournant dans les relations de Baudelaire avec sa mère.

Un rapprochement s’amorce : il songe à quitter Paris pour vivre auprès d’elle à Honfleur. Encore un projet avorté, parmi tous ceux qu’il forme dans les dernières années de sa vie : le théâtre, l’Académie française, l’installation en Belgique, où il s’est « mis en pénitence jusqu’à ce qu’il soit guéri de ses vices », son « grand livre sur lui-même », Mon coeur mis à nu, qui reste à l’état de brouillon… tout a échoué. Il est frappé par une hémiplégie en mars 1866, alors qu’il visite la cathédrale de Namur. Devenu aphasique, il survit encore un an.

La vie de Baudelaire n’est pas celle d’un grand homme. Elle est marquée par la monotonie et la stagnation. Elle n’a rien de ce qui fait les biographies passionnantes. En éclairant crûment l’échec d’une vie, les auteurs ont cherché en vain à percer le secret d’une œuvre. A lire ce Baudelaire traînant et fastidieux, on se demande s’il n’y a pas, de la part des deux universitaires, erreur sur la personne. C’est précisément parce que sa vie est marquée par la velléité que l’œuvre de Baudelaire a pu connaître un aboutissement exemplaire. De même que la culpabilité de Baudelaire réside dans les crimes qu’il n’a pas commis, son secret reste enfoui dans la vie qu’il n’a pas vécue, la biographie qu’il n’a pas eue – bien loin des pioches et des sondes.


                                                                       Michka Assayas

14:11 Publié dans Critiques | Lien permanent | Commentaires (0)

27/07/2016

"Pas revoir", de Valérie Rouzeau, éd. Le Dé Bleu, 11,43 €

La poésie, quand elle tient à la parole, est à l'évidence un médium violent, à la fois le plus exaltant et le plus dérangeant. C'est pourquoi la poésie est absente des recueils sans risques, sans ferveur, où les poèmes ne témoignent ni d'un engagement total de l'être ni d'un chant à corps perdu. C'est pourquoi la poésie s'impose par effraction.

Une rencontre aussi soudaine, qui mêle reconnaissance brutale et fragile complicité, attend ceux qui aborderont Pas revoir de Valérie Rouzeau. D'emblée, il y a ce murmure qui se prend de vitesse pour lutter contre un destin qui n'attendra pas : une fille dit l'amour d'un père qui se meurt, et cette douleur de femme conjugue tous les chagrins d'enfant.

Tu n'écoutes plus rien si je parle plus bas.
Ni tu n'entends plus rien des guêpes qui s'occupent de piquer les lilas.
Ni n'en vois la couleur ni celles que j'ai sur moi.
Ces bottes sont faites pour marcher tu ne chantes plus ça.
C'est de la haute fidélité ton silence m'arrête là.

Poème par séquences, thrène déchiré, Pas revoir se lit d'un seul souffle toujours à bout de souffle. Il n'est nullement question ici de produire l'habituel discours du deuil. Ce livre bouleverse d'autant plus fort qu'il invente la voix de ceux qui ne sont pas nés avec une cuillère d'argent dans la bouche, ou le dictionnaire. Comme son père qui récupérait cartons, casseroles, cuivre rouge, aluminium ou nickel, Valérie Rouzeau recycle par bribes des lambeaux de mélodies, des miettes de souvenirs, des bris d'émotions : elle ferraille dans l'or du temps.

                                                                            André Velter

16:48 Publié dans Critiques | Lien permanent | Commentaires (0)

23/01/2016

Petit éloge de la douceur, de Stéphane Audeguy, Gallimard, « Folio », 144 pages, 2 €

Le 4 octobre 2007 a paru cet éloge dont l’époque a grand besoin, lisez plutôt :


   Stéphane Audeguy, auteur de deux remarquables romans (Théorie des nuages et Fils unique, Gallimard 2005 et 2006), fait observer une chose fondatrice : « La douceur n’est pas un pouvoir » (mais elle peut être détournée et devenir une stratégie, un instrument, un subterfuge) ; il ajoute : « Si jamais la douceur parvenait un jour à occuper une situation dominante dans notre société, il faudrait aussi l’abandonner comme on quitte une position, comme on déserte. » En conséquence si « la douceur suppose toujours une affirmation, une joie », elle « commande une sorte de guérilla, avec ses caches d’armes, ses décrochages, ses pièges et ses alliances ».

   Car la douceur, quoi qu’en disent ses détracteurs – qui parlent fort, grossièrement, et détestent par-dessus tout les nuances et la mesure… - n’est pas l’équivalent de la mièvrerie. Doux ne veut pas dire doucereux. Malgré ce que suggèrent les malencontreuses sucreries qui ornent la couverture du livre.
Puisqu’elle est, en même temps qu’un art de vivre, une affirmation, un choix éthique aussi bien qu’esthétique, la douceur, la vraie, est toujours obstinée et véhémente. Militante. Car les doux sont de dangereux conjurés, des activistes sans repos. Ils sont d’ailleurs combattus et moqués comme tels. La référence aux Béatitudes du Christ étant, en la matière, une circonstance aggravante…

   Après ces préceptes qui introduisent à la « vie douce » comme le doux saint François de Sales introduisait à la « vie dévote », Audeguy parle de « l’assujettissement ». Dans un monde de concurrence acharnée et de lutte à mort pour la prééminence, l’injonction essentielle est la suivante : « A chaque instant soyez-vous-même. »

   A l’individu qui va devenir quelqu’un, il est fortement recommandé de prendre la tête d’une « sorte de petite dictature de la République du Moi, une et indivisible, étrangère à toute idée de fraternité, d’égalité et de liberté ». Celui qui déteste la douceur est également dur pour lui-même…

   Mais cette disposition d’esprit et d’âme est parfois onéreuse. Elle conduit même, en certaines circonstances (qu’il ne faudrait pas banaliser) au martyre… « S’il est une douceur affreuse, c’est celle des victimes », écrit l’auteur. Il explique : « Comme si la dernière forme de protestation de la victime est de renoncer elle-même à toute violence, y compris à celle qui est nécessaire à la survie de tout être… »

   Mais avant d’en arriver à ces extrémités, la douceur offre un champ varié et inépuisable de plaisirs accessibles, et même de jouissances. Audeguy, dans l’ordre alphabétique, propose ainsi plusieurs applications, modes et régimes de ces agréments. En architecture (Gaudi et Jean Nouvel) ; en musique, le jazz surtout ; dans la haute couture (Issey Miyake) ; et même au football, en certains instants de grâce (Diego Maradona, marquant un but, « avec une facilité presque étrange, alentie » le 22 juin 1986, contre l’Angleterre… Notons enfin d’intéressants développements sur l’érotisme.

   Il va sans dire que Stéphane Audeguy n’épuise pas son sujet. Emporté, il divague parfois un peu loin… mais toujours en douceur. Et s’il cite Marc-Aurèle – « la douceur est invincible » -, c’est à la rubrique « Optimisme »…


                                                                    Patrick Kéchichian

13:06 Publié dans Critiques | Lien permanent | Commentaires (0)