241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/02/2020

Michel Passelergue nous accompagnera dans Diérèse 78

5. RÊVERIES, PASSIONS

Ce matin, la lumière s’ouvrait dans le sens de la hauteur. Bruissant devant la foule inquiète et ses remous, augural – notre théâtre attendait. Tout en émotions feutrées, intuitions à mi-voix. On frôlait l’imprévisible, l’instant nodal. Porté par le courant et la rumeur, j’atteignis les derniers gradins dans la pénombre. L’orchestre, à marée basse, imaginait. Des rêveries allaient s’obscurcir, un orage déferler sur les pupitres et la baguette étinceler au point d’éveiller, entre vif-argent et langue de feu, le plus pur silence magnétique. Oui, je la voyais déjà. Ophélie, à jamais lumineuse. Sa seule présence au balcon avait consumé plusieurs années sans oxygène. Je revivais. Son retour se doublait de cantiques crépusculaires, sous un glas étouffé. Après un dernier bal de lumière et d’écume, dans le vent caressant du plein midi, je la rejoignis. Le public se dispersait. Elle sourit, radieuse. Quelques mots échangés, puis vivement : "Nous attendons des invités." ...


Michel Passelergue

¤

03/02/2020

Des pages inédites de Claude Pélieu, extraites de son Journal (1983/84).

La vie affiche COMPLET sur des paysages qui n'existent pas...


Vingt années balisées de gâchis, de suicides, d'accidents, de ratures, de bavures, de tragédies, de maladies, d'échecs et de miracles.
Vingt années traversant la nuit de jade.
Déploiement de signes dans le rétroviseur-temps.


Rue Arp, rue Léger, rue Miró, rue Calder, rue Picabia, rue Prévert, rue Ginsberg sablée de nostalgie...


Résumer. Représenter.
Discours. Création ?
Le poète enfin libéré de la poésie en question.


La violence ne marque pas de temps d'arrêt.


Le con instruit jouit comme un rat.
La lumière se convulse.


Le discours, ce "trou de mémoire béant" (J-J. Lebel) a dominé les avant-garde les plus craignos de toute l'histoire du XXe siècle...


Claude Pélieu

Pierre Dhainaut ouvrira le premier "Cahier" de Diérèse 78, avec 3 œuvres inédites de Caroline.

L’INFINI, ET C’EST TOUT

au pays de Caroline François-Rubino

Eau vive en plein ciel comme au ras du sol...

Le feu, ici, le feu porte un nom qui se renouvelle...

Avec le regard nous entrons, nous comprenons grâce à l’écoute...

Lumière qui nous comble en ne disant pas son secret...

Plus qu'un miroir, les flaques, elles agrandissent les nuages...

Toucher une pierre, mettre en mouvement des ondes...

 

Pierre Dhainaut