241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/02/2016

Poésie roumaine III : Marta Petreu

Marta Petreu est née le 14 mars 1955, en Transylvanie, près de Cluj, où elle a fait ses études de philosophie. Elle a d'abord enseigné au lycée, puis à l'Université. Marta a dirigé la revue de littérature Apostrof :

Le septième jour

Il aime bien ce qu'il a créé avec une grande économie de verbes,
                                                                                                   de gestes
comme un cardiaque qui compte ses battements de coeur
la fin est proche le désespoir subit la jouissance précoce
le coeur qui pète
quand la fête bat son plein le septième jour par exemple
vlan
oui vlan juste au milieu de l'amour


Quel soleil sublime - je m'exclame - quel monde nouveau
Seigneur
ton monde comme il est beau


Puisque son sexe peut encore tracer des calligraphies érotiques,
                                                                                                     au hasard
il aime ses créatures : comme un cardiaque
il économise ses gestes


Oui. Le monde tombe de la genèse
tout droit dans le mécontentement de soi-même : oh quel bain tiède
on y patauge : ni chaud ni froid
les vices sont truqués et mesquins
minuscules, comme le démon d'Ivan
sans diamants ni sentiments comme la nuit
sans velours qu'on a tellement attendue
la nuit mûre de ma féminité ratée


Il aime ses créatures
avec une grande économie de pensées de coeur
comme un cardiaque qui dort
près de sa dernière Sabine - celle qui a quitté d'elle-même les Sabins
(l'amour et l'insomnie m'effraient - disait-il -
il m'apporte le goût féminin
de la mort)


la nuit mûre de ma féminité usée


quel soleil merveilleux - quel splendide monde nouveau


                                                   Marta Petreu traduite par
                                                                        Ed Pastenague

17/10/2015

« L’Age d’argent », décrit par Anastassia Tsvétaeva (1894-1993), opus 1

« Souvenirs »  (Vospominania) d’Anastassia Tsvétaeva, traduit du russe par Michèle Kahn, Actes Sud/Solin.

Sans doute la puissance poétique de Marina Tsvétaeva (1862-1941), à peine seconde à celle d’Anna Akhmatova, a-t-elle joué un bien mauvais tour à la visibilité de l’œuvre de la sœur cadette de la poétesse, Anastassia (1894-1993), dont les captivants Souvenirs ont paru en français près de 30 ans après leur publication en URSS – 1971 pour la livraison en revue, 1974 pour la reprise en volume.

Romancière appréciée par Maxime Gorki, grand nom suffisamment « dans la ligne » pour assurer une efficace protection sous la dictature stalinienne, Anastassia Tsvétaeva paie sans retard la disparition de l’écrivain le 18 juin 1936 : arrêtée en septembre 1937, tandis que ses manuscrits sont confisqués ou détruits, elle est déportée en Sibérie et devra attendre la mort de Staline pour recouvrer la liberté, quittant le goulag pour la simple relégation.

Finalement réhabilitée en 1959, elle entreprend alors, une fois revenue à Moscou, la rédaction de ses mémoires, encouragée par Boris Pasternak, qui fut son premier lecteur. « Ma chère Assia, bravo, bravo ! Je viens de recevoir et de lire la suite et je l’ai lue en pleurant. Tout cela est écrit dans la langue du cœur, tout cela respire la fièvre presque restaurée de cette époque ! (...) je ne m’attendais pas à une concision et à une force pareilles. (…) Votre verbe possède le pouvoir de s’incarner ; j’oublie que ces mères, ces nièces et ces petites filles n’existent plus, elles répètent leur sortie inéluctable, elles reviennent et elles repartent et on n’a pas assez de larmes pour pleurer leur disparition et leur fin ».

De fait, il s’agit moins pour Assia de retracer les étapes de son existence que de célébrer un temps singulier, qu’on a appelé « l’Age d’argent », cette parenthèse à l’orée du XXe siècle qui devait être balayée par les convulsions de 1917 et leurs suites, et plus encore la mémoire de sa sœur Marina (Moussia), à qui le projet est dédié et qui, dès l’exercice, donne le la : « Tout ceci a existé. Mes vers sont un journal intime. Ma poésie est une poésie de noms propres. Nous passerons tous. Dans cinquante ans nous serons tous sous terre. Il y aura de nouveaux visages sous un ciel éternel. Et j’ai envie de crier à tous ceux qui sont encore vivants : écrivez, écrivez davantage ! Fixez chaque instant, chaque geste, chaque soupir ! Pas seulement le geste, mais aussi la forme de la main qui l’a fait ; pas seulement le soupir mais aussi la découpe des lèvres d’où il s’est envolé, léger. »

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


                                                                                     
Jean-Philippe Catinchi

10/07/2015

Les "Sonnets" de Shakespeare traduits par Pierre Jean Jouve

Après vous avoir donné à lire un des fameux Sonnets de Shakespeare, traduit par Bertrand Degott (note blog du 26/6, sonnet 99) puis par Jean Rousselot (note blog du 02/7, sonnet 1), voici à présent la translation de Pierre Jean Jouve, qui prend soin d'expliquer son parti-pris.
A signaler dans le numéro 65 de Diérèse qui va vous arriver tout prochainement un édito d'Alain Fabre-Catalan qui traite, avec esprit, de la traduction : à lire avec attention.

   Pour l'heure, la question suivante était posée à l'auteur de Sueur de Sang :
   - Vous n'avez pas répugné à plier souvent votre écriture à l'exercice ingrat de la traduction. Quelle était sa part dans votre travail ?

   - P. J. Jouve : Une part très importante. J'ai pris le problème avec une sérieuse passion. J'ai une théorie sur la traduction poétique, qui doit avoir ses règles, non encore formulées. En poésie, il ne s'agit pas tant d'attirer le texte étranger en France, que de porter la langue française au poème étranger. Ne pas amener Shakespeare à être, parler parisien, mais saisir, en français de Paris, le démon shakespearien.
Il faut donc nécessairement être poète et traduire en poésie. Une traduction de Shakespeare en prose est perdue d'avance. J'ai fait, avec Roméo et Juliette, une première tentative de trouver, dans un langage poétique, le secret étranger.
Avec les Sonnets, je me suis trouvé exposé au byzantinisme des professeurs shakespeariens (aussi redoutables que les dantologues). Mes Sonnets avaient renoncé à la versification, tant il était impossible de traduire le vers anglais dur et précieux, construit généralement sur des mots monosyllabiques. J'avais inventé alors une chose particulière : une prose contenant des éléments métriques très sensibles, l'enveloppe d'un autre système de vers.
Cette traduction des Sonnets de Shakespeare, en dépit des avanies qui lui furent faites, a paru au Mercure de France, en compagnie de Roméo et Juliette. Voici :

     "Ne me pleurez pas plus longtemps, quand je serai mort, que vous n'entendrez la lente lugubre cloche, donnant avis au monde que j'ai fui, du monde vil pour habiter aux vers encor plus vils.

     Non, ne rappelez pas, si vous lisez ma ligne, la main qui l'a écrite ; tellement je vous aime, que dans vos doux pensers voudrais être oublié, si de penser sur moi vous ferait lamenter.

     Oh, je dis, si vous regardez ce poème, alors que je serai confondu à la glaise, n'allez point jusqu'à redire mon pauvre nom, mais laissez votre amour avec ma vie périr ;

     De peur que le bon monde ait regard sur vos peines, et vous raille de moi quand je serai parti."

             Shakespeare, Sonnets LXXI, translation de Pierre Jean Jouve