241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/08/2019

Quelques vers de Yves di Manno

 

               qu'avons-nous fait ?

               ajouté

               des ombres et des

               livres au monde

               à vrai dire

               ajouté pas même

               - ôté

               du silence au silence

 

Yves di Manno

03/08/2019

Il y a dix ans, le numéro 46 de Diérèse : la couverture est de Pacôme Yerma

DIE 46.jpg

A la venue du soir, les couleurs fluidifient l'heure verte, ses safrans, ses cobalts. Sous les squames des nues, les souffles et figures. Un fin brouillard s'infiltre, touche le paravent.

Ce que l'oreille distingue est un habit de signes. Ce que chaque corps ouvre dans la nuit de l'autre ne vaut que le temps du passage, vole le dessein du feu central.

Bohémienne à tarots, qui me tourne les cartes, et d'un regard embrasse tout un chassé-croisé d'images où les êtres, les choses, les éléments confondus aux saisons se jouent de la mesure perdue de l'origine.

DM

21:16 Publié dans Diérèse | Lien permanent | Commentaires (0)

02/08/2019

Pierre Dhainaut

Un fidèle de Diérèse, Prix Apollinaire 2016, Pierre Dhainaut, dont voici un poème, publié dans le numéro 64 de la revue. Belle journée à tous. Amitiés partagées, Daniel Martinez

BLOG DHAINAUT 2.jpg

L'ERRE DU TEMPS

 

      Les forêts, les falaises, le monde était le même,

      l'essor, quand tu croyais en ces mots-là :

      voir comme entendre, la clameur grandissait

      au large au sein des feuilles. Mais le pas

      qui rejoint, tu t'es bien gardé de le faire.

      Les dons du vent, tu les as épuisés.

      En cette chambre où la respiration retombe,

      quelle parole accomplirait l'espoir du premier jour ?

      A défaut de la dire, tu évoqueras un visage

      juste avant que la mort ne le saisisse,

      seul il invente, serait-il silencieux,

      ce qui confie la terre à tous les vents et l'ouvre

      à la passion d'acquiescer, de comprendre.

 

Pierre Dhainaut

08:39 Publié dans Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)