241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/10/2016

"Soleil blanc"

SOL BLANCO

 

Mil gotas de nácar
en las contraventanas de madera maciza
muchas otras en sospenso
las mismas palabras sin mentira

Como ropa de lana nube
en los hombros ya estamos en abril
el ademán algo más distante
hasta la habitación abuhardillada

La primavera gira puede crecer
cargada de tiempo imperceptible
imágen de una imunidad
un ilusorio consuelo

Pero que importa el más allá
madriguera de comadreja paja mojada
dos hilos desnudados inactivos
como alumbrados en la media luz

              Daniel Martinez
              traduit par Pacôme Yerma

28/10/2016

La préparation du numéro 69 de Diérèse

 Stéphane Bernard sera présent in Diérèse opus 69

 

Un monde gigogne – Nous vivons dans un monde gigogne. Tout y est gigogne. Nous marchons, nous nous couchons, rêvons, nous nous levons et pensons avec un psychisme, un corps et une histoire gigognes, dans des pièces, des appartements, des maisons, des rues, des villes, des pays, une terre gigognes. Tout y est partout, y demeure avec ses millions de lui-même morts dans autant d'instants dont seul le dernier n'est pas fantôme, vestige, ruine.

Les tendances – Le choix extrême d'une exclusive technique de vie, vouée selon Freud à un très grand risque d'échec, satisfera bien pourtant au moins une de mes deux tendances ici décisives. La mégalomanie érémitique ou l'autodestruction spectaculaire. S'épanouir dans une voie plutôt très étroite est un vertige aussi jubilatoire que le châtiment de n'y être pas parvenu et qui verse le vaincu au gouffre qu'elle jouxte et domine...

La préparation du numéro 69 de Diérèse

Patrice Dimpre sera présent in Diérèse opus 69

Le roi exsangue dans son tableau fauve


A la fin, je réalise ce rêve radical : je suis moi-même la mer.
Très vite, j'acquiers le tour de main et je lance mes vagues à l'assaut des demoiselles, d'une manière on ne peut plus naturelle.
Viendra la sécheresse.
Même mer, je ne pourrais m'y soustraire.
L'effet de serre aura raison de moi, et il ne restera bientôt plus de moi qu'un résidu sans importance.
Un prédateur, passant dans le coin, verra là un moyen d'étancher sa soif.
Ce sera mon père, ce vieux tyran...