241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/10/2020

"Un nombril limité d'étoiles" de Jean-Marc Couvé, éd. Les Deux-Siciles, mars 2007, 9 €

C'est le vingt-quatrième titre de la collection Poésie, des éditions Les Deux-Siciles. Le poète Jean-Marc Couvé y voit ses textes accompagnés de vingt esquisses de Peter Neu, dont celle la couverture, ici reproduite :

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX BLOG.jpg

Les traductions des poèmes de Jean-Marc Couvé en allemand sont de son fait :

Elle paraît, l'évidence
même - même si
la femme
est cachée dans les courbes,
les replis de sa robe,
à dessein -
onduler la dévoie !

 

Sie scheint, offensichtlich, irgend-
wie, so wie
Die Frau
ist in den Kurven
der Rockfalten
absichtlich versteckt -
zum Irreführen wellend !


Jean-Marc Couvé

06/10/2020

"Embrasements - poèmes d'amour" - de Claude Vancour, aux éditions Les Deux-Siciles, 106 pages, juin 2006

VANCOUR BLOG.jpg

Anne Muller-Lassez (1940-2009), plasticienne proche des surréalistes, auteure de boîtes-collages, a  su donner à ce livre l'éclat qui est le sien, en l'illustrant d'un fusain et de quatre encres de Chine originales. La dessin de la première de couverture est de sa main. La bouche y est le premier cocon de l'Astre qu'embrasse la rousseur odorante de l'automne ; elle nous chuchote ce qu'est la vie et ses privilèges, ravie de plaisir au souffle brûlant de l'autre.
Dire aussi et surtout que fut une chance pour les éditions Les Deux-Siciles que d'avoir su intéresser une plasticienne de cette envergure...

Le présent ouvrage, à la couverture argentée (un travail d'imprimeur des plus soignés, signalons-le au passage) est le vingt-troisième de la collection Poésie. Voici l'une de ses pages, deux strophes extraites d'un poème de Claude Vancour qui, comme votre serviteur, publie régulièrement dans La Revue alsacienne de littérature :

D’AMOUR (II)


          Poser la veine où bat mon sang de vie
          contre la vôtre, pouls contre pouls,
          alacrité de la parole de votre lymphe,
          de la chaleur des tessitures,
          tranquillité fébrile, définitive
          des retrouvailles

*

          Jusqu’à ce que
          la peau chuchote à l’autre peau,
          jusqu’à ce que
          l’amour nous ait réappris à boire.


Claude Vancour

04/10/2020

"Plusieurs vols d'étourneaux", de Bertrand Degott, éditions Les Deux-Siciles, juin 2003, 7 €

Dix-septième recueil de la collection Poésie aux Deux-Siciles, d'un poète qui rime (il en existe, et de talentueux...), sous une couverture abricot pour faire écho au dicton : "Quand l'abricot est en fleur / Jours et nuits ont même longueur", rêveuses déambulations réorganisées par un fil de pensée concrète, qui sait sublimer et sans s'y perdre tout détail du monde rencontré,

DEGOTT  3.jpg

dans la fraîcheur de son apparition, dans l'éblouissement de sa trouvaille, en s'éloignant de tout style corseté. Bertrand Degott se fait face en toute liberté et nous donne ainsi ses vers, comme sa vie, à lire entre les lignes, entre les mots, dessous la braise qui les anime. Pour vous, ces deux pages manuscrites reproduites dans "plusieurs vols d'étourneaux" :

DEGOTT 1.jpg

DEGOTT 2.jpg

Bertrand Degott