241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/05/2019

"Transition pourrait être langue", de Marie de Quatrebarbes, peintures de Michel Braun, Les Deux-Siciles, juillet 2013 (15 €)

Il y a derrière chaque livre publié une histoire ; un élément déclencheur, ce fut la publication par l'auteure de quelques poèmes dans Diérèse.
... Des textes de cette nature prendront corps dans le livre imprimé à Bayeux, en offset, à 400 exemplaires :
          "Pointes des idées, comme gouttes
           cette griserie si vivante
           dont on ne dira rien, qu'elle est
                                                     intarissable"
Dans ce qui pourrait être une postface appelée ici "Incursion", Caroline Sagot Duvauroux souligne :
"Quelque chose plane. Une idée ? mais c'est comme l'onde. Ça n'aborde pas. Ça plane."
Des têtes de série sont toujours disponibles, entées d'une peinture originale de Michel Braun (des ajouts picturaux du plasticien sur la couverture). Un beau travail d'édition.

TRANSITION XYZ.jpg

17/05/2019

"Signes possibles d'une trahison", Patrice Blanc, avec des gouaches de Jacques Coly, éditions Les Deux-Siciles, décembre 2009 (6 €)

Un titre plutôt étonnant me direz-vous : car qui donc au juste, du poète au plasticien, trahirait l'autre sans le savoir ? Dans ce jeu de bascule où l'objectif perd sa place et se fait l'ombre portée du subjectif, quel impondérable dirige nos vies, délitées dans le champ du réel qui n'est qu'un pis-aller pour le poète ? Qui est-il dans la foule, mais encore que devient-il face à l'autre lui-même, en regard ? Pour y répondre peu ou prou, lisez en toute impunité : Signes possibles d'une trahison. Amitiés partagées, DM

SIGNES POSSIBLES PATRICE BLANC.jpg

16/05/2019

"Un nombril limité d'étoiles" de Jean-Marc Couvé, éd. Les Deux-Siciles, mars 2007 (9 €)

C'est le vingt-quatrième titre de la collection Poésie, paru aux Deux-Siciles. Le poète Jean-Marc Couvé y voit ses textes accompagnés de vingt esquisses de Peter Neu, dont celle la couverture, que voici :

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX BLOG.jpg

Les traductions des poèmes de Jean-Marc Couvé en allemand sont de son fait :

 

Elle paraît, l'évidence
même - même si
la femme
est cachée dans les courbes,
les replis de sa robe,
à dessein -
onduler la dévoie !

 

Sie scheint, offensichtlich, irgend-
wie, so wie
Die Frau
ist in den Kurven
der Rockfalten
absichtlich versteckt -
zum Irreführen wellend !


Jean-Marc Couvé