241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/07/2019

"Minimes" de Jean Rousselot, éditions Les Deux-Siciles

Ce sont ici les premières "Minimes" publiées par Jean Rousselot dans Diérèse, avant qu'elles le soient en livre, aux Deux-Siciles :

 

Tenir le pas gagné coûte si cher qu'on recule vers un désespoir dont, au fond, on ne sait rien.

C'est de chagrin en chagrin que je me suis gravi.

Même l'huître a un cerveau. Qui sait s'il n'est pas plus raisonnable que le nôtre.

Le désert gagne de plus en plus de terrain sur la terre. Seul espoir : qu'il n'en aille pas de même en nous.

Pas de fourberies dont la science ne soit capable.

Je voudrais bien renaître en un monde qui s'apprête à mourir.

Je me satisferais de revivre au temps des gabarres, des feux de camp, des nids de poule sur des routes blanches.

Cette grève illimitée, la mort.

Fourrer de l'esprit dans les choses, c'est risquer d'en devenir une soi-même avant terme.

Je me crois plus d'instinct que d'intelligence.

Heureux temps où l'on pouvait acheter des indulgences.

Un vieux soulier pouvait servir de frein aux pataches de nos rouliers et de nos rois.

Les rails qui finiront bien par se rejoindre derrière l'invisible horizon nous donnent une idée de l'espérance.

Le langage ne serait-il que la clôture sérieuse dont le cultivateur entoure ses terres ?

Ce sont parfois les mots qui pensent à ma place.

Les athées vertueux adorent la vertu sans savoir comment la définir.

Ma jeunesse aurait duré plus longtemps si je m'étais fait moins souvent les griffes sur elle.

Alors qu'en moi je vais de surprise en surprise, rien ne m'étonne où que j'aille : singes dans la neige, tombeau de la Chrétienne en plein désert, oliviers centenaires arrachés pour cultiver des légumes.

De tout ce que j'ai fait que reste-t-il ? A peine quelques bûches dans le boissier, un peu de lait caillé dans un bol. J'aurais au moins voulu quelques tisons, l'amour d'un chat.

Dans la nuit des temps clignotait une utopie, l'homme.



Jean Rousselot

01/06/2019

Deuxième volume de la collection "Essais", à l'enseigne des Deux-Siciles, Angers, 2004

HUGLO BLOG.png

HUGLO  2.png

Il y a très précisément 15 ans, le 1er juin 2004, a paru aux Deux-Siciles cet essai sur l’œuvre d'André Miguel, mal connue dans l'Hexagone, et qui pourtant vaut le détour. (pour vous mettre en appétit lisez donc, d'André Miguel : L'équilibre, publié le 29 septembre 1961 par Gallimard). Beau dimanche à toutes et à tous. Amitiés partagées, Daniel Martinez

20/05/2019

"Minimes", de Jean Rousselot aux éditions Les Deux-Siciles, octobre 2003

C'est le tout dernier livre publié de son vivant par Jean Rousselot : "Minimes" (sortes de "Maximes" inversées). L'auteur m'a cédé son manuscrit, rédigé au verso d'ordonnances et de factures de droits d'auteur, insignifiantes à dire vrai, Rousselot en avait... plutôt honte. J'en ferai don, de ce manuscrit pas comme les autres, à une bibliothèque de mon choix, le moment venu.
(A propos, ne vous étonnez pas qu'aucune mention ne figure des deux livres dont je viens de vous parler sur Wikipédia, sauf le portrait réalisé par Pacôme Yerma pour "Trajectoire suivi de Strophes", dessin piraté adjoint à des extraits de son livre "Maille à partir" - et sans mention. A me lire vous commencez à mieux entendre certains "mystères" du monde de l'édition)... Voici donc quelques extraits choisis, d'un livre publié par mes soins à Angers, sur Vergé 120 grammes, 7 mois avant son décès :

J'ai commencé par une erreur : naître dans une famille misérable. Comment cela s'est-il changé en orgueil ?

Parce que feu mon père avait construit son véhicule, le boucher ambulant me donnait parfois une tranche de bavette.

Je ne me suis pas fait moi-même. Je me suis inventé.

J'ai travaillé dix heures en moyenne par jour et n'ai toujours pas un maravédis.

Vous n'avez pas à rendre meilleurs vos semblables. Seulement à tenter de vous perfectionner un peu.

Rien n'est futile dans la nature. On ne saurait en dire autant des hommes.

Vue de plus près, l'histoire est un roman stupide.

Je dépense, donc je suis...

Nous avons l'usufruit du monde entier mais nous ne savons qu'en faire, hormis l'abîmer chaque jour un peu plus.

Pour moi, vivre fut une impardonnable imprudence.

Même les saints font des cauchemars.

Je ne sais pas me cacher quand je pleure.

Ah, si l'on pouvait transiger avec le mépris que la nature nous voue !

Dans toute mort volontaire, il y a du théâtre.

Dans l'être, la pensée ne tient au cerveau que par un fil de la vierge.

On peut faire n'importe quoi avec des mots mais on est incapable de fabriquer une rose.

Un peu comme le Roquefort, les bonnes idées ont besoin de pourrir pour devenir excellentes.

Beaucoup de nos prétendus intellectuels sont des imbéciles. Je crains d'être du nombre.

Je ne me suis vraiment jamais aimé.

Jean Rousselot, in Minimes
éditions Les Deux-Siciles