241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/07/2015

Andrea Zanzotto traduit par Jean Rousselot

Jean Rousselot s'est également intéressé à cette figure majeure de la poésie transalpine, ceci aujourd'hui :


Fleuve dans le matin


   Fleuve dans le matin
   Eau inféconde, ténébreuse et lourde,
   Ne m'enlève pas la vue des choses
   Ni les choses que je crains
   Et pour lesquelles je vis.


   Eau sans consistance, eau incomplète
   Qui sent les larmes et les morts,
   Qui sent la mémoire, et déjà je t'ignore,
   Eau, luciole inquiète à mes pieds,


   Tu t'évades de mes doigts unis,
   Tu t'arraches aux fleurs trop aimées,
   Tu fuis et tu voles
   Au-delà du Montello et du cher village placide,
   Parce que je désespère du printemps.


                           Andrea Zanzotto traduit par
                                                    Jean Rousselot

20/07/2015

Carlo Betocchi (1899-1986) traduit par Jean Rousselot

La Maison

Avec sa façade nue, exposée
A un soleil de biais, les persiennes
Fermées, l'une écartée à peine
De la rigueur de l'autre, c'est la vie.


La maison jaune ensoleillée,
Avec un toit jaune qui recouvre
Son silence, et les suspectes, les dépouillées
Persiennes, qu'une main dénoue


Quand elle veut - et sur un fil d'espérance
S'ouvre alors ce vert, et la vie qui s'avance,
Et la journée semble de même s'ouvrir
Sur un signe, à qui garde cette nue


Façade au soleil - jaune, avec les lignes
Vertes des jalousies closes, avec les fils
D'ombre incrustée dans les lames subtiles -
Construite pour le silence dont nous vivons.


                                Carlo Betocchi traduit par
                                                     Jean Rousselot

Marino Piazzolla (1910-1985) traduit par Jean Rousselot

Petit miracle



        Je suis tellement innocent
        Que lorsque je me lave
        L'eau devient plus claire


* * *


La Gazelle



        J'ai acheté une gazelle.
        Souvent dans ses yeux
        Je vois ma mère venir vers moi
        Pour me tenir compagnie.


* * *


La garçonnière



        Deux papillons blancs
        Se sont aimés
        Dans mon ombre.
        Je sers donc à quelque chose.

 

                            Marino Piazolla traduit par
                                                    Jean Rousselot