241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/01/2015

Le peintre et poète Gaetano Persechini

Vous laisser (re)découvrir aujourd'hui un plasticien, Gaetano Persechini, qui a réalisé la première de couverture de Diérèse opus 56 ; en vous invitant à consulter au plus vite son blog :
http://gaetano.centerblog.net
Un peintre mais aussi un poète, que connaissent les lecteurs de Diérèse, il est présent dans le numéro 63, par exemple, dernier numéro paru à ce jour.

Les textes qui suivent sont extraits de ses Notes d'atelier 2014 :


Le temps qu’il faut pour faire monter du fond les premières couleurs. Le temps qu’il faut pour poser la première couleur. Et celui qu’il faut ensuite pour recouvrir, enfouir. Pour aller vers une autre image peut-être.
Dans l’atelier, des objets, les mêmes pinceaux depuis presque trente ans et un désordre d’outils, de vieux journaux, de chiffons maculés, de carnets, de tubes et pots de peintures accompagnent les gestes et la pensée.
Rien, dans cet instant, ne sera plus comme avant. C’est toujours un recommencement. Et une lenteur, qui m’est nécessaire, qui m’aide à résister.
Les premières touches de couleurs me diront un peu, discrètement, ce qu’il en sera peut-être de la suite. Des indications, même si tout reste à découvrir. Avec l’expérience, on sait lire cela, et c’est contre cela aussi qu’il faut aller. Vaincre l’habitude, ne pas se laisser enfermer dans un système, dans un savoir.
La sensation me guide ; la suivre, jusqu’à un épuisement heureux du corps.
Cela peut prendre des heures, ou plusieurs jours, ou bien aller très vite. Rien n’est défini à l’avance. La peinture et son aventure, un feu qui brûle en moi.

  

*

 

Débâcle d’encre

Qui témoigne de l’image

Et du paradoxe sous l’ombre

 

Cet étrange un signe levé

Vers l’infini d’un chant de solitude

 

Couleur incarnée terre front du jaune

Jardin forme grise

Ebauche

Qui nous relie au temps et à la nature

 

C’est l’attente

D’une pensée égarée

Conversation muette

Entre joie et désespoir

Un courant d’âme clair

Vers l’émerveillement

  

 

*

 

 

Retour au jardin l’été. Poussière, pierres brûlantes, terre durcie par la chaleur, fleurs séchées.

Je me réfugie au jardin et ce sont ces heures calmes d'attente, d'écoute et de lecture entre deux arbres, qui entraînent mes pensées loin d'ici et d'un ciel bleu abîmé, cherchant du regard vers le sud les terrasses ensoleillées, les routes sinueuses entre les montagnes, les fenêtres ouvertes sur la nuit et l'été, le tremblement de la lumière sur les collines silencieuses.

Ce qu'on apprend à voir, et ce qu'on retient, ce qui travaille en nous. Ces instants qui sur le moment paraissent insignifiants ; ils reviennent nous visiter. C'est cette durée, dans la douceur du sommeil, qui palpite dans mes rêves.

Je porte en moi l'écriture de ces sensations. Le rôle de la peinture est aussi de les amener à se révéler.

Je ne cherche jamais à préciser les objets ou le paysage. Ce qui compte plus que tout c'est l'émotion. Et l'émotion de l'instant...

Je me revois un après-midi à Gaeta, piazza Trieste, marchant dans les rues vides tout autour. Forte chaleur. J'avance lentement. La mer est derrière moi. Les montagnes sont là. Rassurantes. Brûlées de soleil. Tout à coup cette paix qui m'envahit, la sensation que rien dans cet instant ne peut m'apporter plus.

Ni seul ni abandonné. Conscient de ce tout petit bout de bonheur offert, lumière intense, vibrations des couleurs et de l'air en moi, ce qui murmure à voix basse dans mon corps quelque peu fatigué par la chaleur mais présent, disponible, réceptif au moindre souffle de vie qui émane de tout ce qui m'entoure.

 

                                                                                      Gaetano Persechini

 


Pour Gaetano Persechini, "la peinture est un éternel recommencement" ; et ce qu'il nomme "notes d'atelier" sont des réflexions, des impressions, des sensations, (qui deviennent parfois poèmes) qu'il saisit à l'atelier, dans l'instant.
Mais, le plus souvent, ces notes (qu'il retravaille) lui viennent à tout moment, en marchant, dans le train, ou simplement dans les temps d'attente, de méditation, de concentration...
 

15:15 Publié dans Arts, Auteurs | Lien permanent | Commentaires (0)

30/12/2014

"L'envol de l'année", poèmes de Michel Butor, dessins et peintures de Jean-Marc Brunet

Aux éditions A/B, vient juste de sortir (ce 20 décembre) un livre d'artiste de la plus belle eau, hors commerce, fort de ses 38 pages, avec des poèmes de Michel Butor que les lecteurs de Diérèse connaissent bien et des oeuvres de Jean-Marc Brunet, que l'on pourrait situer dans la mouvance de Joan Mitchell, du moins pour ses peintures. Dire tout le bien que je pense du travail de l'un et de l'autre, qui ont échangé bien des lettres, livrant ainsi, au fil de la plume, des parcelles de leurs univers respectifs, échanges qui ont vu naître des livres-objets, à quatre mains : Couples Errants en 2012, Migrations et Dissémination en 2014.

Avec L'envol de l'année, Butor fait le tour des saisons à sa manière, enlevée. Le printemps, par exemple : "les vergers se couvrent de fleurs / le chant du rossignol prolonge / les renouvellements du jour / dans l'archipel des crépuscules". Pas de ponctuation, vive les vers (tout à fait) libres qui plongent dans le quotidien pour en capter tout le suc et donner mémoire à ce qui n'en a pas. Grâce du poème en quelque sorte, que le scripteur tient entre ses doigts ; comme Brunet le pinceau, quand il réinvente à sa façon et pour le plaisir des yeux (qui en redemandent) "Les oiseaux de Butor" (huile sur carton, 30 x 24 cm, 2008).

Oiseaux qui justement conduisent le thème de la seconde partie du recueil, Migrations ; et là ce sont des dessins, où l'artiste use de la pierre noire et du pastel pour simuler le vol de ceux qui portent avec eux l'espoir, calligraphient la nue, vont d'arbres en arbres émerveiller dame nature de leurs chants. Ecoutons Michel Butor : "Nuages bateaux des filets / qui ramassent des poissons / et nous nous précipitons / comme si c'était pour nous / qu'ils avaient fait leur récolte/ mais nous nous méfions des hommes / qui ne nous comprennent pas". Voilà qui est bien dit : on l'aura compris, Michel Butor parle en lieu et place de ces créatures des airs que les campagnes (et encore !) continuent de respecter. Et regarde se faire et se défaire le monde des humains ; sans se payer de mots, sa poésie vise à l'essentiel, épinglant au passage les maux de notre monde, ancré dans ses vérités et dogmes. A l'inverse de l'écriture d'un Philippe Jaccottet, qui vise à la condensation d'émotions et sensations confuses, celle de Michel Butor décrit un monde perdu, à tous les sens du terme, mais que le poète est en mesure de restituer, par ses vers, comme bouteille à la mer. Il n'est plus ce "prince des nuées" que chantait Baudelaire, mais ouvre sur un espace intérieur révélé/restitué page après page, livre après livre. DM

* demain, je vous parlerai de la vie du blog, à bientôt.

14:00 Publié dans Arts, Auteurs | Lien permanent | Commentaires (0)

21/12/2014

Guillaume Apollinaire plasticien

Après le superbe hommage (que je vous invite à relire, cf note blog du 4/12) de Christian Bobin à Guillaume Apollinaire, voici une aquarelle inédite (19 x 12,5 cm) de l'auteur des Lettres à Lou, soit un :

Autoportrait en cavalier masqué décapité

APOLLINAIRE 2.jpg

C'est ici une stupéfiante composition dans laquelle Apollinaire s'est représenté décapité. De profil, sa tête seule apparaît comme posée sur la selle d'un cheval noir de contes de fées ; avec le bouc qu'il portait au début de 1916 et un masque à gaz, dans un décor en kaléïdoscope brisé de formes géométriques pures contenant (à gauche) une plante naïve. A plusieurs reprises, dans les oeuvres et dessins de Guillaume Apollinaire, apparaît ce thème obsessionnel de la tête coupée (je vous laisse imaginer sa possible interprétation analytique), comme dans "Le Brasier" d'Alcools (1913).

Comme l'écrit Peter Read, il y a là une "synthèse originale de l'abstraction et de la figuration des courants néo-primitiviste, orphique ou rayonniste". La présente aquarelle révèle des emprunts mêlés au matériel iconographique et stylistique des Delaunay et de l'avant-garde russe, avec les formes fracturées aux couleurs vives du rayonnisme.

Face à la menace permanente de la guerre, Apollinaire croyait au charme talismanique de la beauté et à la vertu exorcisante de la représentation tragique. DM

21:43 Publié dans Arts, Auteurs | Lien permanent | Commentaires (0)