241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/12/2014

Un dessin original du "Petit Prince"

Une aquarelle de Saint-Exupéry sera proposée aux enchères dans quelques instants à la maison de vente Artcurial (Paris 8e). Le dessin, qui a servi à l'illustration de l'édition originale du Petit Prince, est estimé entre 400 000 et 500 000 €. A l'encre aquarellée, d'un format de 21,2 x 23,9 cm, il est signé en toutes lettres, sans trait d'union, "Antoine de Saint Exupéry" et reproduit à la page 17 de l'édition originale de 1943.

Cette aquarelle représente le personnage de l'astronome turc découvreur de l'astéroïde B 612, la planète du Petit Prince. L'homme montre du doigt un tableau couvert de formules mathématiques.

Le conte initiatique et philosophique a été traduit en plus de 270 langues et vendu à 145 millions d'exemplaires. M.G.

PS : voir note blog du 15/9, où vous pourrez lire une lettre inédite de celle qui fut la rose du Petit Prince, j'ai nommé Consuelo Suncin Sandoval.

14:02 Publié dans Arts | Lien permanent | Commentaires (0)

28/11/2014

August Macke (1887-1914)

blog macke.jpg


A vous signaler, toutes affaires cessantes, une exposition que l'Unesco à l'heureuse idée d'organiser, en hommage au peintre expressionniste allemand August Macke, et à l'occasion du 100e anniversaire de sa mort, autour de reproductions d’œuvres et de textes biographiques.


Monsieur couleur, tel que le surnommait semble-t-il son ami l’artiste Franz Marc, laisse à 27 ans une peinture encore en devenir mais déjà marquée d’une grande profondeur.
Après des études à l’Académie des beaux-arts de Düsseldorf en complément de cours du soir à l’École des arts décoratifs, August Macke se rend pour la première fois à Paris en 1907 et découvre l’impressionnisme français. Cette rencontre sera déterminante. S’ensuivront d’autres voyages et rencontres et une évolution constante de son œuvre picturale.


En six ans il aura assimilé les acquis du cubisme, du futurisme et des tendances artistiques les plus avancées. August Macke participe activement à la création du mouvement Der blaue Reiter (le Cavalier bleu), introduit par Franz Marc, et à la publication en 1912 de l'Almanach du Blaue Reiter qui fixera le cadre de l’expressionnisme allemand. Puis il rompt avec le mouvement qu’il pense trop influencé par Kandinsky.


Quelques mois avant sa mort brutale sur le front, August Macke part en Tunisie avec Paul Klee et Louis Moilliet en avril 1914. Il rapporte de ce voyage marquant près de 30 aquarelles dont certaines comptent parmi ses plus belles œuvres. Le peintre tend à la fin de sa courte vie vers une évolution abstraite, des formes simplifiées et des couleurs pures.

August Macke : Une vie, une œuvre, 125 avenue de Suffren, Paris 7e
Salle des pas perdus, visite libre de 10 à 17 heures, jours ouvrables
Contact : dl.germany@unesco-delegations.org, 01 53 83 46 45

20:13 Publié dans Arts | Lien permanent | Commentaires (0)

28/10/2014

Thérèse Jeanneau

       Une luxuriante végétation envahit les lieux, la montée des eaux de la lagune inonde Venise, un corps captif cherche l'issue... Chaque fois, les thèmes qui s'imposent à Thérèse Jeanneau racontent une nature excessive et débordante, presque exténuée ; car si elle peint avec vigueur la vitalité des éléments, l'idée (ou la lumière) d'un univers rongé par la force même de cette nature s'insinue dans ses oeuvres, en réduit le tumulte et tempère le climat claustrophobe. Sous couvert d'images repérables, on trouve l'éternel combat de l'ombre et de la lumière, du clos et de la trouée, du plein et du vide ; bref, de la lutte entre les forces de vie et leur précarité dont l'évocation porte le beau nom de mélancolie. (voir note du 20/4 :"Melancholia")

Herbes folles rongeant les façades des Palazzi, portails ouverts sur une forêt de ronces, cimetières désertés aux pierres ensevelies sous des monceaux de verdure, les Jardins de Jeanneau sont la transcription de visions entr'aperçues lors de ses fréquents séjours en Italie du Nord. Cadré par de sombres marges, le Jardin est volontairement mis à distance, rendu mystérieux et impénétrable. A la saturation de l'espace par la couleur, correspond le choix de travailler la gouache sur un papier fortement détrempé, comme si le monde végétal plongeait ses racines dans l'humidité féconde de la matière picturale.

 

JEANNEAU BLOG.jpg

Sans titre, 1985, gouache sur papier (91 x 65 cm)

 

10:46 Publié dans Arts | Lien permanent | Commentaires (0)