241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/01/2015

Des nouvelles de "Diérèse" 64

Bonjour à toutes et à tous,

Diérèse opus 64 va entrer dans sa phase préparatoire très bientôt : autrement dit, tout ce qui regarde le maquettage, couverture et pages intérieures, de longues heures de travail en perspective ! L'éditorial sera signé "Jean-François Sené", des réflexions sur la poésie tel qu'il l'entend (par déduction, on pourra juger de ce qu'il n'apprécie pas).

La partie internationale sera plutôt conséquente, elle culminera avec le numéro 65 qui devrait sortir en juin prochain. Mais il est encore trop tôt pour vous en parler. Trois Cahiers de poésie suivront, avec des auteurs dont vous seront donnés les noms au fil de l'eau ; avant la sortie effective du n° 64, fin février, avec les premiers beaux jours.

Deux contes choisis pour embrayer sur la prose, de Didier Jourdren et de votre serviteur. Puis les notes de lecture, sous la rubrique "Bonnes feuilles", une sorte de panorama poétique du moment.

Voilà pour le moment. Restez attentifs, dans la période de préparation, j'insérerai sur le blog des images qui ont fait les riches heures de Diérèse. A bientôt donc.

Bien amicalement, Daniel Martinez

...................................   faites circuler je vous prie   .....................................

14:53 Publié dans Diérèse | Lien permanent | Commentaires (0)

29/11/2014

Des nouvelles de la revue

Il me faut aujourd'hui vous toucher quelques mots des prochaines sorties de Diérèse, qui survit de son mieux à toutes les turbulences survenues ces derniers mois dans l'emploi du temps de son directeur :

     Le numéro 64 verra le jour au plus tard le 24 février 2015

     Le numéro 65, lui, paraîtra le 9 juin 2015.


Avec le numéro 65, un certain nombre de modifications sont à prévoir, notamment un allègement notable de la rubrique "Bonnes feuilles", quelques éditeurs pratiquant le "déversement", considérant sans doute Diérèse comme la revue la plus apte à rendre compte de l'actualité poétique de l'Hexagone... je me passerais bien d'un tel "honneur" ! Les autres modifications à venir vous seront signalées au fil de l'eau, restez attentifs, DM

13:09 Publié dans Diérèse | Lien permanent | Commentaires (0)

16/10/2014

Jean L'Anselme (1919-2011)

  Pour les visiteurs de ce blog, une lettre inédite de Jean L'Anselme, un auteur de Diérèse ; non datée, elle a été envoyée à la revue en octobre 1999, il y a juste 15 ans, tempus fugit. Cette missive fait suite à la publication de l'article de Jean Rousselot sur Pierre Jean Jouve in Diérèse opus 7 (voir notes blog du 29/9 et du 01/10). Une anecdote amusante sur Jean Paulhan, in fine : 

Cher Martinez,

Dans Diérèse "ça remue" comme disait Calder. On peut y aller à la pêche, il y a de la friture. Je m'y retrouve encore grâce à vos bonnes grâces. Merci. Rousselot a dû bien aimer "Dans la seconde cour des tisserandes..."*. Je connais ses goûts;
Pierre Jean Jouve me rappelle cette invitation qu'il m'avait faite à son bureau. Il m'a signé de sa petite écriture appliquée, quelques ouvrages en souvenir. A travers lui voici G.L.M que je rencontrais régulièrement. Il envisageait de me publier dans ses merveilleuses petites éditions qui firent l'objet d'une expo à la Nationale.
Eric von Neff : J'aime bien ces deux filles de la pédale. "Un milan vole un milan". Curieux, ce matin, au courrier un paquet des éditions Milan ! Il y a de ces jours comme ça...
                                   Fidèles amitiés

                                              Jean L'Anselme

P.S. : Vous mentionnez les portraits d'auteurs réalisés par Dubuffet. J'en ai vu l'exposition à l'époque, en 47, chez Drouin. Elle s'intitulait "Portraits à ressemblance extraite à ressemblance cuite et confite dans la mémoire, à ressemblance éclatée dans la mémoire de Jean Dubuffet, peintre".
Il y avait un Paulhan que Dubuffet appelait Maast. Un pseudonyme de Paulhan, je crois. Il l'offrit à Paulhan par la suite et Paulhan l'installa sur sa cheminée.
Mais la chaleur fit éclater cette "Haute-pâte" en travers de la bouche de Paulhan. Ils convinrent ensemble de le débaptiser et de l'intituler "Maast ricanant".

* premier vers d'un ensemble de poèmes parus sous le titre "Ligne après ligne", in Diérèse n°7 (ndlr)